COMPLOTS

1997
130 mn
À la carte à partir de 7.99 €

1997
130 mn
Parce que Mel Gibson a improvisé ses premières scènes, c'est ce que dit le metteur en scène Richard Donner
Chauffeur de taxi à New York, Jerry Fletcher voit des complots partout. Grand paranoïaque devant l’Eternel, il soûle ses clients de théories sur le fluor dans l’eau, l’invasion des puces électroniques, ou les hélicoptères noirs qui volent silencieusement dans le ciel de la City… Il a aussi coutume de rendre visite avec ses dossiers à Alice Sutton ravissante procureur au ministère...
À la carte à partir de 7.99 €
Policier / Suspense
Etats-Unis
Tous publics
VM

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo
Avec pas moins de six films tournés ensemble, l’acteur Mel Gibson et le réalisateur Richard Donner forment ce qu’on appelle une équipe qui gagne. Complots, en 1997 est leur cinquième collaboration après les trois premiers volets de L’Arme Fatale suivis de Maverick et avant L’Arme Fatale 4.

Ce film met en scène le champion des «action movies» américains des années 90 dans un rôle à contre-emploi de chauffeur de taxi newyorkais à tendances paranoïaques. Face à lui, Julia Roberts, éternelle Pretty Woman (Garry Marshall, 1990), change une fois encore de registre. Ce qu’elle n’a pas hésité à faire tout au long de sa carrière notamment avec Joel Schumacher dans L’Expérience interdite (1991), Alan J. Pakula dans L’Affaire Pelikan (1994) ou Stephen Frears dans Mary Reilly (1996). Pourtant, ce sont les comédies romantiques qui feront toujours sa gloire, surtout quand elles sont aussi réussies que Le Mariage de mon meilleur ami de P.J. Hogan (1997) ou Coup de foudre à Notting Hill de Roger Michell (1999). Star absolue, Julia Roberts est d’abord une excellente comédienne, aussi douée pour le rire que pour les larmes. C’est sans doute Steven Soderbergh qui a le mieux compris cette dualité en lui offrant à la fois le rôle d’une femme simple, mère célibataire et battante qui se met à travailler pour un avocat dans Erin Brockovich (ce qui lui valut son Oscar), et celui de l’épouse délicieuse de Danny Ocean dans Ocean’s Eleven qui va même se faire passer pour Julia Roberts et se moquer de sa propre image dans Ocean’s Twelve.

Dans Complots de Richard Donner, elle est, une fois de plus, parfaite : idéale et normale, forte et fragile, Alice Sutton fait partie de ses plus belles compositions.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver L’INTERPRÈTE (THE INTERPRETER) DE SIDNEY POLLACK (2004) ou encore TAXI DRIVER DE MARTIN SCORSESE (1976) .

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné