DRESSAGE

À partir de 2.99 €
Quand la France des années 30 est en proie aux comploteurs conservateurs et xénophobes, il reste toujours quelques libertins vicieux pour contrecarrer leurs sinistres plans et détruire leur "honorabilité". C'est le triomphe joyeux du vice sur une vertu frelatée.
Érotique - 1986 - France - 95 MIN - VF - interdit aux moins de 16 ans
Eliane cherche à se venger de son père, M. Leroy Murville, qui a abandonné sa mère à sa naissance. Elle s'est fait engager chez lui comme préceptrice pour veiller à la bonne éducation de Sophie, la jeune fille de Leroy Murville, qu'elle compte pervertir. Amusée par cette vengeance et parce qu'il souhaite, de son côté, ruiner la réputation du colonel Montblier, redoutable conservateur aspirant à la députation, le baron Plessis du Regard, libertin notoire, décide d'organiser un concours pervers entre Eliane et Nathalie, qu'il fait engager comme préceptrice auprès de Robert, le fils puceau de Montblier. Celle qui sera la plus perverse pour détruire l'honorabilité de ces familles deviendra l'épouse du baron. Eliane poussera son père à l'inceste avec Sophie. Nathalie séduira le colonel pour des photos compromettantes. Mais Sophie et Robert seront se montrer encore plus perfides que leurs maîtresses en vice respectives.

Réalisé par

3.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

En matière de perversités, le cinéma français s’est trop souvent inspiré des grands textes érotiques, délaissant toute une tradition littéraire dite de second rayon qui connut son apogée entre les deux guerres. Des collections entières, comme celle des Orties Blanches, furent consacrées aux vertus des châtiments corporels et des jeux d’humiliations. En 1985, Dressage fait revivre à l’écran tout le charme de ces romans de flagellation désuets et très codifiés.

Série B à petit budget mais soignée, riche en accessoires de décoration et en lingerie vintage, Dressage se montre respectueux de ce sous-genre et joue à fond la carte rétro. Nous sommes en France, dans les années trente, au cours desquelles les libertins s’amusent, pendant que montent la xénophobie et la corruption d’une classe attachée à ses colonies. Les uns découvrent la photo porno quand d’autres lisent « Je suis partout ». Deux jeunes femmes libérées acceptent de s’opposer dans un pari original : engagées chacune comme préceptrice, elles devront ruiner la réputation de deux familles bourgeoises, dévorées par la morale. Celle des deux qui y parviendra de la manière la plus perverse épousera le baron instigateur de ce concours.

Déjà au générique de plusieurs films érotiques, Cornélia Wilms et Véronique Catanzaro n’ont donc aucun mal à s’acquitter de cette tâche, prenant un malin plaisir à jouer de leurs charmes pour corrompre la vertu et faire triompher le vice. Lecture de Sade justement, initiation sexuelle, exhibition et voyeurisme, domination, fétichisme des dessous et des liens, inceste sont au programme des réjouissances. Mais dans la bonne tradition du genre, il arrive aussi que maîtres et esclaves se confondent.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Pierre B Reinhard

LE FEU SOUS LA PEAU

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité