Bande Annonce de La piel que habitoDécouvrez la bande Annonce de La piel que habito sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2963/fond/2963_w_500.jpg
Pedro Almodóvar
Antonio BanderasElena AnayaJan CornetMarisa ParedesRoberto AlamoBárbara LennieBlanca SuárezChema RuizEduard FernándezFernando CayoJosé Luis GómezSusi Sánchez

La piel que habito

117 mn

Note de SensCritique :

7.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pedro Almodóvar.

Casting : Antonio Banderas, Elena Anaya, Jan Cornet, Marisa Paredes, Roberto Alamo, Bárbara Lennie, Blanca Suárez, Chema Ruiz, Eduard Fernández, Fernando Cayo, José Luis Gómez. Susi Sánchez

Synopsis : Robert Ledgard a perdu le goût de vivre depuis que son épouse a été victime de graves brûlures dans un accident de voiture. Ce dermatologue très doué tente vainement de créer une nouvelle peau pour lui redonner vie. En douze ans, il n’est jamais parvenu à un résultat satisfaisant. C’est alors qu’un jeune homme va entrer dans sa vie de façon brutale et que les expériences du savant qui a sombré progressivement dans la folie vont prendre un tour nouveau…  

Scénario : Agustín Almodóvar, Pedro Almodóvar.
Musique : Alberto Iglesias.
Pays : Espagne
Tags : Plus d'émotion, Thriller espagnol, Syndrome de Stockholm, Mélodrame, Chirurgie faciale, Festival de Cannes.

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
voir ce film
Pedro Almodovar retrouve ici Antonio Banderas avec lequel il n’avait pas tourné depuis Attache-Moi ! en 1989. C’est le réalisateur qui a révélé le comédien au public international avec des œuvres comme Le Labyrinthe des passions, Matador, La loi du désir et Femmes au bord de la crise de nerf. La piel que habito marque leur septième collaboration.

Le cinéaste a également fait appel à Marisa Paredes, l’une de ses fidèles, pour jouer dans le film. Il voulait aussi s’assurer la collaboration de Penélope Cruz pour incarner la femme du héros, mais la comédienne a préféré aller donner la réplique à Johnny Depp pour Le quatrième volet de la saga Pirates des Caraïbes. Almodovar l’a donc remplacée par Elena Anaya qu’il avait dirigée en 2001 dans Parle avec elle.

Pathé, le distributeur français du film, a fait un grand plaisir à Pedro Almodovar en acceptant de sortir La piel que habito sous son titre original. Le cinéaste ne supporte pas les traductions hasardeuses et encore moins ce qu’il définit comme une « prolifération des titres nord-américains. » Il estime qu’il est bien qu’un long-métrage ne possède qu’un seul titre, celui qu’a choisi son auteur.

La piel que habito (littéralement « La peau que j’habite ») a été présenté au Festival de Cannes en 2011 où il a été récompensé par le Prix de la jeunesse. Le réalisateur a dû être bien déçu de voir la Palme d’or lui passer sous le nez pour la cinquième fois. Cela avait été déjà la cas pour Tout sur ma mère (prix de la mise en scène en 1999), La mauvaise éducation (présenté en ouverture en 2004), Volver (prix du scénario en 2006) et Etreintes brisées (reparti sans prix en 2009). Avant la première projection cannoise, Almodovar avait pris soin d’entretenir un grand mystère autour de son œuvre dont il n’avait montré qu’un extrait de quatre-vingt-dix secondes. Il avait également demandé à ses comédiens de rester discrets sur le sujet.
Pedro Almodovar s’essaye ici au thriller fantastique, un genre qu’il aborde pour la première fois en adaptant librement Mygale, un roman de Thierry Jonquet. Il a décidé d’insister davantage sur la vengeance du héros que dans le récit original. Il aimait l’idée que son personnage soit un authentique psychopathe dépourvu de scrupules et donc très éloigné de sa propre éducation judéo-chrétienne.
Il a beaucoup pensé aux Yeux sans visage, réalisé en 1959 par Georges Franju en écrivant son film qu’il a souhaité très sobre. Il a même envisagé de le tourner en noir et blanc muet en remplaçant les dialogues par des intertitres. Après neuf versions du scénario, Almodovar a finalement renoncé à cette idée en estimant que l’histoire ne s’y prêtait pas.

Le cinéaste cinéphile a aussi pensé à son maître Luis Bunuel, notamment lors de la scène d’ouverture du film. Cette vue d’ensemble de la ville de Tolède est, en effet inspirée de Tristana, signé en 1969 par son aîné. Pedro Almodovar n’est pas le dernier à reconnaître ses influences qui vont de Fritz Lang à Dario Argento et Mario Bava en passant par les séries B horrifiques de la firme britannique Hammer.
C’est après avoir pensé à tous ces cinéastes et à leurs films de genre qu’il s’est rendu compte qu’il lui fallait trouver son propre style ne serait-ce que parce qu’il estimait La piel que habito inclassable. Almodovar a alors choisi une narration qu’il décrit comme « austère et sobre » ce qui a beaucoup étonné Antonio Banderas. Le comédien, qui avait gardé le souvenir d’un directeur d’acteurs encourageant ses comédiens à improviser, n’en revenait pas de se retrouver face à un réalisateur qui lui serrait la vis en l’empêchant de laisser libre cours à sa fougue habituelle. Almodovar souhaitait torpiller l’image de séducteur latin de son interprète en lui faisant incarner un fou furieux.

José Luis Alcaine, son chef opérateur pour Femmes au bord de la crise de nerf et Volver, a aidé à créer l’atmosphère glaciale de décors où divers écrans sont des personnages à part entière. Almodovar avait tenu à en placer partout afin de rendre les héros plus fragiles comme s’ils étaient constamment épiés par une puissance mystérieuse.

Le compositeur Alberto Iglesias, son collaborateur pour Etreintes brisées, a aussi accepté de le suivre dans cette nouvelle aventure.

Critique de La piel que habito

"La piel que habito" est le genre de film qui ne laisse pas indifférent... On aime ou on ne l'aime pas, tout l'un ou tout l'autre en somme. Pour ma part, cette sorte de thriller fantastique à l'histoire plutôt complexe et angoissante est une grande réussite. La mise en scène ...

Lire la suite
8
Giulietta_

La pile que tu habilles

Pedro Almodovar. Un paquet de films et toujours cette envie de ne pas faire comme les autres, au point de proposer des œuvres fortes mais bancales. Un superbe travesti dont les boules poilues dépassent du body paillettes. Bref, l'histoire de La Piel que Habito n'aurait pas pu ...

Lire la suite
9
LeYéti

Une peau contre la sienne

J'avais été très déçue en son temps par Etreintes brisées : l'histoire de ce réalisateur perdant la vue et l'amour de sa vie ne m'ayant pas du tout embarquée, sans doute parce-que les personnages manquaient cruellement de chair, alors sans vouloir faire de jeu de mots facile, ...

Lire la suite
8
Aurea
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Les oubliées de Juarez
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Gigola
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film En chair et en os
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film The Immigrant

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LE ROI ARTHUR : LA LEGENDE D EXCALIBUR

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PROBLEMOS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VIVE LA CRISE!

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KIDNAP

à partir de

6.99
 
Affiche du film THE NIGHT WATCHMEN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AURORE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés