LE CAVALEUR

1979
97 mn
Parce que le film figurait parmi les préférés de son réalisateur, Philippe de Broca, il l'a dit
Ce film n’est plus disponible

Edouard Choiseul est un pianiste réputé et presque cinquantenaire qui, entre ses concerts, ses enregistrements, ses cours au Conservatoire, son épouse et son ex-épouse, ne peut s’empêcher de courir après les femmes. Mensonges, ruses et quiproquos occupent ses journées tandis qu’ils commencent sérieusement à lasser Marie-France, son épouse...

Ce film n’est plus disponible
Comédie
France
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

C’est en 1978, après l’imposant succès de Tendre poulet, que Philippe de Broca, avec Michel Audiard et Jean-Paul Rappeneau, reprit un scénario abandonné deux ans plus tôt, celui du Cavaleur. « C’est un film sur les chagrins que peut éprouver un homme qui perd sa jeunesse », expliquera le cinéaste, tout en précisant immédiatement : « Je crois, tout de même, que c’est toujours drôle. » 

Après l’avoir dirigé à trois reprises, c’est à Jean Rochefort qu’il offrit le rôle d’Edouard Choiseul, pianiste réputé et presque cinquantenaire qui, entre ses concerts, ses enregistrements, ses cours au Conservatoire, son épouse et son ex-épouse, ne peut s’empêcher de courir après les femmes... toutes les femmes ! 

Dans ce film, à la distribution évidemment très féminine, vous reconnaîtrez : Catherine Alric et Catherine Leprince, aux charmes desquelles il ne pourra résister, mais, aussi, Danielle Darrieux, une ancienne conquête, Annie Girardot, son ex-femme, et Nicole Garcia, sa femme, bientôt lassée par ce qu’elle appelle, elle-même, ses « petites musiques de nuit ». Pour ce personnage, tendre et ironique à la fois, Nicole Garcia – la « révélation du film » écrira Jean de Baroncelli dans le Monde – reçut le César du meilleur second rôle féminin.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LE FARCEUR (1961) (Dix ans avant le Cavaleur, de Broca racontait déjà l’histoire d’un séducteur impénitent, incarné par Jean-Pierre Cassel.) ou encore L’HOMME QUI AIMAIT LES FEMMES (1977) (Bertrand Morane (Charles Denner), lui aussi, est un cavaleur, d’ailleurs c’est le titre qu’il donne au récit de ses aventures !).