LE CRIME DES ANGES

2018
78 mn
Ce film n’est plus disponible

2018
78 mn
Parce que la musique a été composée par Imhotep du groupe IAM, normal pour un film qui se déroule à Marseille.

A Marseille, Akim et ses potes trouvent le moyen de détourner l’argent d’une subvention publique. Lorsqu’il doit rembourser, Akim va à la rencontre de vrais truands qui l’entrainent dans la spirale du crime.

Ce film n’est plus disponible
Policier / Suspense
France
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les + de filmo

Le Crime des anges est le premier long métrage de Bania Medjbar, Marseillaise d’origine algérienne, née en 1962. Rapidement attirée par le cinéma, elle entame une carrière de documentariste remarquée, avec des films sélectionnés au Festival International du documentaire de Marseille, mais aussi au Festival de Clermont-Ferrand et même à la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes.

Avec ce premier long métrage, elle met en scène le quotidien d’Akim et de sa bande de copains des quartiers Nord de Marseille qui, pour échapper au ʺsystèmeʺ qui semble les condamner à une vie médiocre, vont monter une petite escroquerie, à l’origine d’une vertigineuse descente aux enfers. A l’opposé, Nadia, la sœur d’Akim, est l’archétype de la ʺbeuretteʺ intégrée qui fera tout pour empêcher l’issue fatale.

Le titre du film est titré d’un poème du Portugais Fernando Pessoa : « Créer, [...] c’est le crime des anges qui ont cru pouvoir avoir un meilleur ciel. » Ce texte « reflète la psychologie des personnages, explique Bania Medjbar : ils voudraient tous avoir un meilleur ciel, et leur désir est si fort qu’ils en perdent la notion du bien et du mal. » C’est notamment sur des musiques de Pascal Perez, alias Imhotep du groupe IAM, qu’elle a filmé leurs tragiques destinées. 

 
Dans le même genre vous pouvez trouver DIVINES (Un premier film coup de poing sur la jeunesse des banlieues, sur fond de trafic de drogue. La force du film est de prendre un point de vue féminin.) ou encore CORNICHE KENNEDY (A la rencontre des jeunes de Marseille dans leur habitat naturel. Un film sensible et sans clichés, qui montre le fossé existant entre les quartiers riches et pauvres de la ville.).