LE PARRAIN

1972
170 mn
Ce film n’est plus disponible

1972
170 mn
Parce que l'American Film Institute l'a classé 2ème plus grand film américain, derrière Citizen Kane
En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles de la mafia. Don Vito Corleone, "parrain" de cette famille, marie sa fille à un bookmaker. Sollozzo, "parrain" de la famille Tattaglia, propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue, mais celui-ci refuse. Sonny, un de ses fils, y est quant à lui favorable.
Ce film n’est plus disponible
Policier / Suspense
Etats-Unis
- 12 ans

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Classique d’entre les classiques, Le Parrain est considéré comme l’un des plus grands films de l’histoire du cinéma. L’American Film Institute le classe à la deuxième place des meilleurs longs métrages de la production américaine de tous les temps, après Citizen Kane d’Orson Welles, tandis qu’un exemplaire du film de Francis Ford Coppola est également conservé à la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis, au milieu d’autres chefs-d’oeuvre, pour saluer son “importance culturelle, historique ou esthétique”.

Maintenant que je vous ai dit ça, vous vous demandez peut-être encore “mais de quoi parle donc Le Parrain ?” Pour ceux qui se seraient absenté de la terre ces dernières années, voici donc un bref résumé : Il était une fois en Amérique, une famille d’immigrés siciliens répondant au nom de Corleone qui regnaient en maîtres sur les jeux d’argent et la prostitution. Mais la guerre des gangs fait rage et après un attentat sur la personne du patriarche Don Vito Corleone, sa succession doit rapidement s’organiser. A la surprise générale, c’est son fils Michael, peu au fait des affaires de son père, qui va s’imposer comme le nouveau Parrain, mais avec des méthodes qui ne vont pas manquer de mettre le feu aux poudres… 

Sorti en mars 1972, Le Parrain fascine le public dans des proportions qui vont jusqu’à dépasser son créateur Francis Ford Coppola, âgé de 33 ans à l’époque. Il n’est alors que le réalisateur d’une poignée de films indépendants. Il n’est pas cher et c’est même sa première qualité aux yeux d’une industrie où un dollar est un dollar. De surcroît il s’est endetté en produisant THX 1138 d’un certain George Lucas et s’il accepte c’est d’abord pour se renflouer. Dans ce contexte, la réalisation allait être pour lui un calvaire, sommé qu’il fut par les pontes de la Paramount de tenir les délais. Et pourtant, tourné en seulement 77 jours pour 7 petits millions de dollars, le film en rapportait près de 270 et lui ouvrait en grand les portes d’Hollywood pour les années à venir...

 
Dans le même genre vous pouvez trouver BUGSY (En 1991, Barry Levinson faisait revivre Bugsy Siegel, contemporain de Capone, gangster mégalo à l'origine de la création de Las Vegas.) ou encore BUGSY MALONE (Tourné en 1976 par Alan Parker, cette comédie musicale interprétée par des enfants dont Jodie Foster, fait revivre la guerre des familles de la mafia à coups de pistolets chargés... à la crème.).

Autour du film