LES HONNEURS DE LA GUERRE

Bientôt disponible
Comment les hommes perdent la paix? Le seul bénéfice de leur héroïsme inutile : les honneurs.
Guerre / Western - 1962 - France - 85 MIN - Tous publics
A quelques heures de la Libération, en province, un bataillon allemand en déroute et pressé de rentrer en Allemagne se replie dans un village qui avait commencé à fêter en avance l'arrivée des Américains. Les villageois ripostent. Un mort dans chaque camp. Les Français se réfugient dans l'église. Avec les Allemands, ils obtiennent un accord pour être libérés à 17 heures, à condition qu'ils n'ouvrent plus le feu. Le village voisin surveille les évènements. Tous sont d'accord avec cette négociation, pressés d'en finir avec la guerre. Survient un officier allemand qui se méfie de la parole des Français et préfère se rendre aux Américains. Pour lui, les Français ne sont pas des militaires mais des terroristes. C'est le début d'un malentendu qui provoquera un drame inattendu en cette belle journée ensoleillée où chacun ne pensait plus qu'à fêter la Libération ou à rentrer en son pays.

Réalisé par

7.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Août 1944, un bel été en Provence. Les troupes américaines progressent. Un bataillon allemand en déroute se replie dans un village qui fêtait trop vite la Libération. Les Français ouvrent le feu. Un jeune soldat est mortellement blessé, un villageois pendu, les habitants réfugiés dans l’église. Fatigués, désabusés, les Allemands négocient avec les Français, décidés à les libérer à 17 heures. A quelques kilomètres, un autre village suit les évènements. Les deux camps n’ont qu’un seul souhait : tourner la page de la guerre. L’arrivée d’un officier allemand, se méfiant de la parole des Français, provoque une nouvelle tension.

Les Honneurs de la guerre, tourné par Jean Dewever en 1960, ne défend aucune idéologie politique. C’est un pamphlet pacifique certes mais surtout une comédie humaniste, à l’ironie grinçante, montrant l’absurdité de la guerre et renversant tous les stéréotypes du genre. « J’ai voulu montrer, dit-il, comment des gens perdent la paix. Le seul bénéfice de leur héroïsme inutile, ce sont les honneurs de la guerre, qu’ils se verront attribuer, dérisoirement. » Nous sommes donc aux antipodes des hagiographies de la résistance conçues depuis 1945. Il n’est pas non plus question de diaboliser l’ennemi. Dewever montre avec simplicité et réalisme deux camps victimes d’un manque de communication, pointant leur ressemblance, leur désarroi, leur lâcheté aussi, parfois leur bêtise.

Attaché à ses personnages, Dewever refuse tout spectaculaire, reléguant les rares combats au hors-champ. Cette retenue singulière fut soulignée en son temps par Luc Moullet dans Les Cahiers du Cinéma : « La mise en scène s’inscrit dans le cadre de la qualité française, qui ne pouvait pas ne pas avoir influencé Dewever, ex-assistant de métier. Mais, mieux que Clair, Clément et Duvivier, Dewever supprime le conventionnel et les impuretés qui nous faisaient détester ce style, à commencer par l’usage de la musique, les effets de montage et la structure dramatique. »

Contexte

Jean Dewever

SNOBS

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité