Bande Annonce de MONSIEUR FABREDécouvrez la bande Annonce de MONSIEUR FABRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/823/fond/823_w_500.jpg
Henri Diamant-Berger
Elina LabourdettePierre BertinPierre FresanyElisabeth HardyFernand PluotGeorges TabetJean-Pierre MaurinOlivier HussenotPaul BonifasPierre MagnierCatherine CullazHubert NoëlPatrick MaurinSolange VarenneYves-Marie Maurin

MONSIEUR FABRE

85 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Henri Diamant-Berger.

Casting : Elina Labourdette, Pierre Bertin, Pierre Fresany, Elisabeth Hardy, Fernand Pluot, Georges Tabet, Jean-Pierre Maurin, Olivier Hussenot, Paul Bonifas, Pierre Magnier, Catherine Cullaz, Hubert Noël, Patrick Maurin, Solange Varenne. Yves-Marie Maurin

Synopsis : A la fin du 19e siècle et au début du 20e, la vie du savant Jean-Henri Fabre consacrée à l'étude des insectes, de leurs mœurs et de leur comportement. A Avignon Jean-François Fabre lui consacre ses loisirs de professeur-assistant. Appelé à Paris par le ministre de l'Instruction Publique, il est présenté à l'Empereur Napoléon III. Accusé d'avoir donné des cours mixtes et appris à ses élèves comment se reproduisent les insectes, il donne sa démission. A Sérignan où il finit ses jours, Fabre est honoré par Poincaré alors Président de la République.

Scénario : Henri Diamant-Berger, Jack Kirkland.
Musique : Hubert D'Auriol.
Pays : France
Tags : Politique / Histoire, Secteur tertiaire, Cinéastes français des 30's, Des scientifiques, Des insectes, Drame, Interdits aux grands, Chacun son métier.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Homme de science, humaniste, naturaliste, botaniste, mycologue, mais aussi écrivain et poète, il est difficile de classer quelque part la figure de Jean-Henri Fabre, né en 1823 mort en en 1915. Mais c’est surtout comme entomologiste, comme spécialiste des insectes et de leur comportement, que Fabre demeure aujourd’hui encore honoré. Lorsqu’en 1913, le président de la République Raymond Poincaré en personne lui rend publiquement hommage à l’automne de sa vie, il déclare à Fabre: «  Dans les plus petites choses, vous nous avez fait voir de très grandes. A chaque pas de votre œuvre, nous éprouvons la sensation de nous pencher sur l’infini. »

Jean-Henri Fabre est aussi le sujet principal du film que le réalisateur producteur Henri Diamant-Berger lui consacre en 1951, intitulé tout simplement Monsieur Fabre. Une sorte de « biopic », même si le terme n’existe pas encore,  une biographie filmée très officielle qui sous les traits du Marius de Pagnol, du Boieldieu de Renoir, à savoir le comédien Pierre Fresnay,  nous fait suivre le parcours du savant sur plusieurs décennies. C’est le biologiste Jean Rostand qui a conseillé à Diamant-Berger de se plonger dans les souvenirs entomologistes de Fabre, dix volumes tout de même. Passionné, Diamant-Berger se lance alors sur les traces de Fabre, visite sa maison à Sérignan du Comtat dans le Vaucluse, va interroger sa fille.

C’est en toute connaissance de cause qu’il engage ce projet, avec un fort soutien américain, tant artistique que financier, ainsi donc que le prestige de sa vedette Pierre Fresnay.

Monsieur Fabre est tourné pendant l’hiver 1951 sur les lieux mêmes ou vécut Fabre, à Avignon, à Orange et dans la propriété autrefois de celui-ci dite du Harmas,  là ou le savant meurt en 1915. Vous ne l’avez peut être pas remarqué, car la silhouette est discrète, mais le film marque la toute première apparition sur un écran du jeune Patrick Dewaere, eh oui la future vedette des Valseuses, alors âgé d’à peine quatre ans qui joue ici sous le nom de Patrick Maurin aux côtés de son jeune frère Yves Marie.

Le réalisateur du film, Henri Diamant-Berger est un cas curieux dans le cinéma français. Producteur et réalisateur, il a en vrac eu l’idée des premières bandes annonces, fondé les studios de Boulogne, expérimenté le technicolor, tourné une excellente version des Trois mousquetaires à l’époque du muet, mais aussi un Arsène Lupin avec Jules Berry au moment du parlant. Il a également participé au démarrage de la carrière de gens tels que Robert Bresson, René Clair ou Henri-Georges Clouzot. De retour des Etats-Unis ou il a du s’expatrier pendant la guerre, Diamant-Berger se remet à produire, notamment le Branquignol de Robert Dhéry, et un peu à réaliser, pas beaucoup. Jusqu’à ce qu’il reçoive la proposition d’un américain, dénommé Futter qui a acheté une collection de films d’insectes tournés suivant les expériences de Fabre. Ceux-ci même que l’on voit dans le film et qui sont en quelque sorte à l’origine de Monsieur Fabre. Rejoignent le projet à cette étape d’une part le propre frère de Diamant-Berger, André Gillois qui rédige les dialogues, et d’autre part comme coscénariste un autre américain, Jack Kirkland. Celui-ci est surtout connu pour avoir écrit la pièce La Route au tabac d’après Erskine Caldwell, un spectacle qui a battu les records de longévité à Broadway de 1933 à 1941. Kirkland se rend sur place en France pour travailler et superviser la version américaine du film.

Quand à Pierre Fresnay, qui  est au centre de Monsieur Fabre, sa carrière a pris une tournure prestigieuse. Tout en dirigeant le théâtre de la Michodière ou il triomphe sur la scène dans Les Oufs de l’autruche, il enchaîne depuis le succès de Monsieur Vincent les rôles disons de grands personnages, de fortes personnalités. Après Saint Vincent de Paul, il incarne un Didier Daurat à peine masqué dans Au Grand Balcon d’Henri Decoin, Jacques Offenbach dans la Valse de Paris et donc Jean-Henri Fabre. Son prestige est d’autant plus surprenant que l’attitude Fresnay sous l’Occupation fut sans ambiguïté, et contestée pour ne pas dire plus. L’interprète de La Grande Illusion n’a jamais caché son respect pour la fermeté allemande. Il a arboré la francisque et tourné quatre films pour la Continental, la société de production allemande, dont le fameux Corbeau qui a été interdit jusqu’en 1947. Et parmi ses contempteurs de l’époque, figurait Henri Diamant-Berger qui fustigeait en 1945 je cite « ces Français qui ont touché des millions à la Kontinental ». Il ignorait que le premier visé par ces propos serait son propre interprète de Monsieur Fabre. Mais comme le disait Benjamin Franklin, « les créanciers ont meilleures mémoire que les débiteurs. »

A voir également
Affiche du film LE CORBEAU

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA MAIN DU DIABLE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CHICKEN RUN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film COMMENT TUER SON BOSS ?

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés