PINA

À partir de 2.99 €
Pour Pina Bausch, au coeur du film de Wenders, disparaissant deux jours avant les premiers essais
Documentaire - 2011 - Allemagne - 103 MIN - VO - Tous publics
Toute sa vie durant, Pina Bausch a travaillé, usant ses muscles, son coeur et son âme pour porter sa discipline au summum de ce qu'elle peut représenter. De son berceau natal de Wuppertal, en Allemagne, jusqu'au Japon, en passant par les Etats-unis ou la Turquie, la chorégraphe a présenté son oeuvre exigeante sur toute les scènes du globe. Le film suit la troupe de Pina Bausch, l'Ensemble du Tanztheater de Wuppertal sur les planches de son théâtre mais aussi dans les rues de la ville, au contact des anonymes. 

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR
Qui était vraiment Pina Bausch, cette danseuse et chorégraphe allemande disparue en 2009 à près de 70 ans ? C’est son compatriote Wim Wenders qui lève le voile sur cette virtuose du corps et du mouvement. Plus qu’un documentaire, le film que vous allez découvrir est une ode à une magicienne, qui a dédié sa vie à la scène, interprétant les grands classiques ou inventant ses propres spectacles à l’image des 4 ballets qui rythment ce Pina

Wenders, cinéaste dont l’œuvre est elle-même traversée par des films reconnus comme Paris Texas et des projets presque expérimentaux comme Land of plenty était sans doute le mieux placé pour tenter de percer le mystère d’une artiste au moins aussi exigeante et extrême que lui.

Pina Bausch s’était lancée avec le réalisateur dans cette aventure ambitieuse, autant visuellement qu’éditorialement. C’est en effet par le biais de la 3D que le tandem souhaitait capter au plus près l’alchimie de la danse. Une technique lourde qui, a priori, cadre mal avec la nécessaire légèreté des pointes et des ballerines ! Pourtant, le réalisateur de Faux mouvement n’en a commis aucun et son documentaire est un ultime salut à une artiste d’exception.

Pina Bausch a malheureusement quitté la scène avant de pouvoir constater de visu l’hommage rendu au travail d’une vie : la sienne… En s’attachant à d’infimes de détails de décor, de lumière ou en s’attardant à cette éclatante robe rouge qui enveloppe son sujet, Wenders la rend plus vivante que jamais, mieux : immortelle...
Le contexte

Wim Wenders

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS