PREMIÈRE VICTOIRE

Parce que, de bords opposés, John Wayne et Otto Preminger n'ont pas parlé politique pendant tout le tournage
Drame - 1965 - Etats-Unis d'Amérique - 160 MIN - VM - Tous publics

Lors de l’attaque de Pearl Harbor, le capitaine Rock Torrey perd son navire en essayant d’attaquer la flotte japonaise. Sa sanction est d’être affecté dans une base navale, loin des combats. Là, il retrouve son fils, qu’il n’a pas vu depuis des années.

Réalisé par

6.4 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Gérard Delorme
Gérard Delorme
CHRONIQUEUR

Réalisé douze ans après Tant qu’il y aura des hommes, Première victoire évoque à nouveau la vie quotidienne des militaires  à l’époque où l’attaque sur Pearl harbor a précipité les États-Unis dans la guerre. Otto Preminger le traite sous l’angle de l’action et de la passion, à sa façon qui porte la  complexité de l’intrigue à une dimension épique.

John Wayne y joue le capitaine qui semble se tirer miraculeusement des situations dangereuses dans lesquelles il s’implique sans arrêt tandis qu’autour de lui, des dizaines de personnages secondaires dressent le portrait d’une Amérique partagée entre héros et profiteurs, bourreaux et victimes, bureaucrates et rebelles, carriéristes ratés et ambitieux malchanceux.

Ils sont brillamment interprétés par autant d’acteurs renommés, que Preminger arrive à gérer avec un maîtrise extraordinaire compte tenu de la densité du scénario. Le résultat est une épopée qui mêle l’intime et le spectaculaire avec un succès rarement égalé.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Kirk Douglas

L'attaque japonaise contre la base de Pearl Harbor et la riposte américaine, reconstituées par le menu, d'une façon très spectaculaire et héroïque.

Otto Preminger

Ce film oscarisé à huit reprises se déroule à la veille de Pearl Harbor. Comme "Première victoire", il mélange la grande Histoire et la petite (histoires d'amour et de famille).

LES SENTIERS DE LA GLOIRE