Quills, la plume et le sang

Bientôt disponible
Parce que Joaquin Phoenix - végétarien! - a exigé des chaussures en plastique et non en cuir
Drame - 2001 - Etats-Unis | Grande-Bretagne - 122 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Emprisonné à l'Asile de Charenton, près de Paris, le Marquis de Sade parvient à faire passer nombre de ses écrits à l'extérieur grâce la complicité d'une jeune lingère fascinée par l'aristocrate-écrivain. Mais l'administration veut mettre un terme à ce laxisme et dépêche sur place le docteur Royer-Collard...

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

A l’origine du film de Philip Kaufman, Quills, la plume et le sang, on trouve une pièce de théâtre homonyme écrite par Doug Wright qui devint également le scénariste du film. Production américano-germano-britannique,  il s’agit du récit d’un moment de la vie du Marquis de Sade. Ce dernier, incarné par Geoffrey Rush, emprisonné à l’asile de Charenton, non loin de Paris, parvient à faire passer à l’extérieur ses écrits grâce à la complicité d’une jeune lingère, Madeleine, alias Kate Winslet. L’asile est alors dirigé par le libéral Abbé du Coulmier, joué par Joachin Phoenix, mais le docteur Royer-Collard qu’incarne Michael Caine entend mettre un terme aux activités épistolaires et littéraires du divin Marquis…

Il faut évidemment entendre le titre original, Quills comme un jeu sur les mots : quill en anglais signifie la plume utilisée comme moyen d’écriture, mais c’est aussi phonétiquement un rappel du verbe tuer. Autrement dit,  l’association des mots et du meurtre. Les mots peuvent tuer aussi bien celui qui les écrit que celui qui les lit. Et Sade est au milieu de cette figure littéraire à double tranchant. Il connaît mieux que quiconque le pouvoir des mots, puisqu’aussi bien c’est à eux comme à ses actes qu’il doit son enfermement et ses condamnations.

Quills n’est assurément pas un « biopic » d’une fidélité absolue à la vérité historique. Les spécialistes de Sade ont ainsi relevé un certain nombre d’inexactitudes ou d’invraisemblances dans le portrait qui est fait du prisonnier et de sa vie quotidienne. Le film se fonde toutefois sur des personnages et des situations qui ont bel et bien existé. Il semble même que Sade ait effectivement eu, à Charenton, une liaison avec Madeleine Leclerc, alors âgée de 13 ans… Preuve qu’une fois de plus le réel dépasse la fiction.

Tags

Contexte

Les deux films inscrivent leur récit dans le cadre très particulier d'un asile psychiatrique.

Philip Kaufman

Ces deux films sont des adaptations de pièces de théâtre consacrées l'une comme l'autre à un grand écrivain.

GEOFFREY RUSH

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité