RéVOLUTION

À partir de 2.99 €
Politique / Histoire - 1986 - Etats-Unis | Grande-Bretagne - 120 MIN - VF - Tous publics

1776. Tom Dobb et son fils Ned accostent à New York, alors que la petite ville portuaire accompagne les premiers soulèvements de « Patriotes », ces colons britanniques installés en Amérique et désireux d’y proclamer leur indépendance. Enrôlés, malgré eux, le père et le fils se battront pour une cause qui les dépasse, avant de comprendre l’importance de leur engagement. Régulièrement, leur route croisera celle de la belle Daisy, une jeune bourgeoise opposée à sa famille pro-anglaise.

Réalisé par

6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Juste, après la Prohibition – et son rôle de truand surnommé Scarface dans le film homonyme de Brian de Palma –, Al Pacino continue de s’intéresser à l’histoire de son pays avec Révolution, une fresque historique, filmée à hauteur d’hommes par Hugh Hudson, un cinéaste anglais qui, après de nombreux films publicitaires, avait entamé sa carrière cinématographique avec, coup sur coup, les Chariots de Feu, lyrique évocation des Jeux Olympiques de 1924 à Paris, et Greystoke, la légende de Tarzan seigneur des singes, mené, de liane en liane, par Christophe Lambert.

Nous voici donc en 1776, alors que les Patriotes, comme on appelle ces colons britanniques installés en Amérique et désireux d’indépendance, se battent contre les armées du roi anglais Georges III, avec l’aide de l’Espagne et de la France, représentée par un jeune homme de 19 ans, le marquis de La Fayette.

Aux côtés d’Al Pacino, vous reconnaîtrez, bien sûr, Nastassja Kinski, tout juste sortie du Harem d’Arthur Joffé et Donald Sutherland, qui s’apprêtait à incarner le célèbre peintre français dans Gauguin, le Loup dans le soleil, aux côtés de Max von Sydow et Jean Yanne. Vous reconnaîtrez aussi le jeune Dexter Fletcher – le fils adolescent d’Al Pacino –, vous l’aviez déjà vu, cinq ans plus tôt, dans la sombre baraque foraine où son père exhibait le pauvre John Merrick, alias Elephant Man. Enfin, dès les premières minutes du film, sur le quai du port de New-York, ne ratez pas la courte prestation d’Annie Lennox, chanteuse de Eurythmics et égérie de Dave Stewart, méconnaissable en révolutionnaire aux long cheveux roux !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Hugh Hudson

LE PARRAIN (1972)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité