Bande Annonce de REVOLUTIONDécouvrez la bande Annonce de REVOLUTION sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1307/fond/1307_w_500.jpg
Hugh Hudson
Al PacinoDonald SutherlandNastassja KinskiNed Dobb, AdolescentNed Dobb, EnfantAnnie LennoxEric MilotaJoan PlowrightRebecca CaldderDave KingJohn WellsSteven Berkoff

REVOLUTION

118 mn

Note de SensCritique :

5.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Hugh Hudson.

Casting : Al Pacino, Donald Sutherland, Nastassja Kinski, Ned Dobb, Adolescent, Ned Dobb, Enfant, Annie Lennox, Eric Milota, Joan Plowright, Rebecca Caldder, Dave King, John Wells. Steven Berkoff

Synopsis : 1776. Tom Dobb et son fils Ned accostent à New York, alors que la petite ville portuaire accompagne les premiers soulèvements de « Patriotes », ces colons britanniques installés en Amérique et désireux d’y proclamer leur indépendance. Enrôlés, malgré eux, le père et le fils se battront pour une cause qui les dépasse, avant de comprendre l’importance de leur engagement. Régulièrement, leur route croisera celle de la belle Daisy, une jeune bourgeoise opposée à sa famille pro-anglaise.

Scénario : Robert Dillon.
Musique : John Corigliano.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Politique / Histoire, Histoires dans l'histoire, politique américaine, Les héros d'antan, Révoltes, révoltés, révolutions.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Juste, après la Prohibition – et son rôle de truand surnommé Scarface dans le film homonyme de Brian de Palma –, Al Pacino continue de s’intéresser à l’histoire de son pays avec Révolution, une fresque historique, filmée à hauteur d’hommes par Hugh Hudson, un cinéaste anglais qui, après de nombreux films publicitaires, avait entamé sa carrière cinématographique avec, coup sur coup, les Chariots de Feu, lyrique évocation des Jeux Olympiques de 1924 à Paris, et Greystoke, la légende de Tarzan seigneur des singes, mené, de liane en liane, par Christophe Lambert.

Nous voici donc en 1776, alors que les Patriotes, comme on appelle ces colons britanniques installés en Amérique et désireux d’indépendance, se battent contre les armées du roi anglais Georges III, avec l’aide de l’Espagne et de la France, représentée par un jeune homme de 19 ans, le marquis de La Fayette.

Aux côtés d’Al Pacino, vous reconnaîtrez, bien sûr, Nastassja Kinski, tout juste sortie du Harem d’Arthur Joffé et Donald Sutherland, qui s’apprêtait à incarner le célèbre peintre français dans Gauguin, le Loup dans le soleil, aux côtés de Max von Sydow et Jean Yanne. Vous reconnaîtrez aussi le jeune Dexter Fletcher – le fils adolescent d’Al Pacino –, vous l’aviez déjà vu, cinq ans plus tôt, dans la sombre baraque foraine où son père exhibait le pauvre John Merrick, alias Elephant Man. Enfin, dès les premières minutes du film, sur le quai du port de New-York, ne ratez pas la courte prestation d’Annie Lennox, chanteuse de Eurythmics et égérie de Dave Stewart, méconnaissable en révolutionnaire aux long cheveux roux !

Le réalisateur de Révolution, Hugh Hudson, n’est pas le premier à s’être intéressé à cette sanglante et glorieuse période de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique.

Tout commence en 1924. Cette année-là, l’incontournable D.W. Griffith retrouve le souffle épique de Naissance d’une Nation, avec Pour l’Indépendance, une énorme production ne reculant devant aucune folie, on parle de batailles menées par plus de quatre mille figurants ! Curieusement, la même année, Marion Davies incarne Janice Meredith, dans le film homonyme produit – comme d’habitude – par son milliardaire d’amant, William Randolph Hearst, et dans lequel W.C. Fields faisait ses vrais débuts à l’écran dans le rôle d’un militaire anglais très porté (déjà) sur la bouteille. Par amour, la belle Janice épousera le beau Charles en même temps que ses idées révolutionnaires. En 1939, dans le sombre film de John Ford, Sur la piste des Mohawks, Claudette Colbert et Henry Fonda se marient en juillet 1776, en pleine Guerre d’Indépendance. Peu impliqués dans les bouleversements de leur époque, ils n’en seront pas moins confrontés aux attaques d’indiens que les anglais dressent contre les colons indépendantistes. Un an plus tard, en 1940, dans Howard le révolté de Frank Lloyd, Cary Grant devra choisir entre ses aspirations patriotiques, qui le pousse vers Thomas Jefferson, et ses sentiments amoureux, qui le poussent vers la débutante Martha Scott, future maman de Charlton Heston dans Ben-Hur. On passera rapidement sur Deux nigauds dans le manoir hanté où, en 1946, les célèbres Bud Abbott et Lou Costello se retrouvent en fantômes injustement accusés d’avoir trahi leur pays au temps de la Révolution et, heureusement, innocentés par George Washington, himself !

Il ne faut pas oublier, en revanche, le premier film de John Farrow, John Paul Jones, le maître des mers, avec, dans le rôle titre, celui qui, la même année, entamait une lutte acharnée et sans merci contre Al Capone et sa bande dans les Incorruptibles, j’ai nommé Robert Stack, face à Bette Davis en Grande Catherine de Russie pas insensible aux charmes du susnommé John Paul Jones, Charles Coburn en Benjamin Franklin et Jean-Pierre Aumont en Louis XVI. On y reconnaît également une jeune fille de 14 ans, faisant ses débuts devant la caméra de son papa, une certaine Mia Farrow. Après l’engagement pro-indépendantiste de Beaumarchais, alias Fabrice Luchini, donnant de son temps, de son énergie et de son argent pour soutenir les patriotes d’outre-Atlantique dans Beaumarchais l’insolent d’Edouard Molinaro, c’est Mel Gibson qui, en 2000, incarnera le parfait « Patriote » dans The Patriot, le Chemin de la Liberté, de Roland Emmerich. Fermier en Caroline du Sud et père de sept enfants, il participera activement à l’indépendance de son pays, aux côtés du français Jean Villeneuve, personnage de fiction inspiré du marquis de La Fayette et interprété par Tchéky Karyo.

Le vilain petit canard

On a tendance à penser que seul la Porte du Paradis fut un énorme bide dans les années 80. Alors oui, perdre 40 millions de dollars pique légèrement - et peut enterrer aussi définitivement une des périodes dorées du cinéma américain, mais au moins le film de Cimino eut ...

Lire la suite
7
PFloyd

La révolte du film détesté

Révolution n’est ni un film oublié, ni un film peu apprécié : c’est carrément un film détesté. Pourquoi ? La réponse m’échappe encore. Super-production Britannique de Hugh Hudson sur l’indépendance Américaine, Révolution a complètement plombé la carrière ...

Lire la suite
7
Lt Schaffer

C'est incroyable comment Hudson parvient à déhollywoodiser son film! Dans la narration, mais plus encore dans la photo, le grain est si anglais que j'ai eu comme l'impression que cette Histoire racontait celle de l'Angleterre du Sussex. Ne connaissant pas les paysages du Nord-Est ...

Lire la suite
7
Alligator
A voir également
Affiche du film COMMENT TUER SON BOSS ?

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ASTRO BOY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GREYSTOKE : LA LÉGENDE DE TARZAN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TROIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés