TRACE OF BREATH

Bientôt disponible
Parce que la réalisatrice Haruka Komori a fait partie des volontaires qui ont aidé les victimes du séisme de mars 2011.
Dispo. le 26/11/2020
Documentaire - 2017 - Japon - Tous publics

Teiichi Sato produit et vend des semences agricoles qu’il fabrique lui-même. Le 11 mars 2011, le tsunami emporte sa maison et son magasin. Teiichi écrira par la suite un livre, d’abord en anglais, puis en chinois pour raconter, dire sa peine, honorer les victimes, mais surtout planter des graines d’espoir dans le cœur de ses lecteurs.

 

1 min avant1 min avant
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

Le 11 mars 2011, un violent tremblement de terre frappe la côte Pacifique du Japon, entrainant un tsunami. La ville de Rikuzentakata est comme beaucoup d’autres dévastée.

C’est dans cette ville que Teiichi Sato tient une boutique dans laquelle il vend des semences agricoles artisanales. Sa boutique et sa maison ont été emportées dans la catastrophe mais Teiichi les a reconstruites.

Il a ensuite écrit un livre pour raconter le drame, dire sa peine et honorer les victimes. Il apparait aujourd’hui comme un symbole d’espoir pour ses concitoyens.

Réalisé par

4.6 / 10
Le contexte

Parce que c'est le premier film de fiction a aborder la catastrophe de Fukushima. Tourné peu de temps après le drame, le film de Sono Sion décrit la survie des survivants au milieu des ruines.

Haruka Komori

Parce que ce documentaire engagé (dans la lignée de "We Feed the World") dénonce la mainmise des multinationales sur le monde agricole et défend les petits producteurs et leurs semences artisanales.