BORAT, LEçONS CULTURELLES SUR L'AMéRIQUE POUR PROFIT GLORIEUSE NATION KAZAKHSTAN

Bientôt disponible
Parce que le police a été appelé plus de 90 fois pendant le tournage du film !
Comédie - 2006 - Etats-Unis - 80 MIN - Tous publics
Borat Sagdiyev est un journaliste kazakh, envoyé spécial par son gouvernement aux Etats Unis pour observer la façon de vivre des Américains et en tirer le meilleur. Borat part donc à la découverte des USA, commençant par New York... Malheureusement, son style de vie, ses habitudes et ses préjugés, (racistes et homophobes entre autre), vont lui jouer bien des tours...

Réalisé par

6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Stéphane Boudsocq
Stéphane Boudsocq
CHRONIQUEUR

"Leçons culturelles sur l'Amérique au profit de la glorieuse nation Kazakhstan"… En une phrase de sous-titre, tout est dit ! Borat est une expérience unique, un vrai-faux documentaire sorti de l'esprit torturé de Sacha Baron-Cohen, censé raconter le périple aux Etats Unis d'un reporter de la télé kazakh.

Un envoyé très très spécial qui doit trouver de l'autre côté de l'Atlantique des exemples destinés à améliorer, voire changer la vie de ses concitoyens. Autant dire que l'épopée va virer à la catastrophe, tant notre homme est rude, inculte et totalement déconnecté des us et coutumes du pays de l'Oncle Sam ! Confronté à des féministes, des gays, des politiciens ou des amateurs de rodéo, Borat va faire la preuve de sa géniale crétinerie !

Irrésistiblement abruti, hallucinant d'énormité, le film doit évidemment beaucoup à la personnalité de son interprète principal qui, vous allez vite vous en rendre compte, ne recule devant aucun tabou, aucune ineptie pour faire de ce voyage en absurdie un sommet de comédie.

Le contexte

Sacha Baron-Cohen

Chaplin comme Baron-Cohen placent de fait leurs héros dans une inconforatble situation : devoir s'adapter à un pays dont on ne connaît presque rien, si ce n'est la réputation...

Larry Charles

Utiliser la caméra cachée et le principe du vrai-faux documentaire est un genre à part entière. L'efficacité des deux films repose évidemment sur la réactivité des "victimes"...

HUGO CABRET

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS