COUP D'ÉCLAT

Bientôt disponible
Parce que le film présente la particularité de montrer des lieux soit en chantier, soit en ruines
Drame - 2011 - France - 86 MIN - Tous publics
A Sète, Fabienne Bourrier, capitaine de police, passe la majeure partie de son temps à traquer les sans-papiers et clandestins de tous horizons. Sa routine policière est perturbée par la mort d’Olga, une jeune prostituée. Un suicide apparemment. Mais Olga était traquée et avait un fils, Ilan. Animée par un sentiment de compassion, Fabienne part sur les traces de l’enfant disparu.
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Il y a des polars français speedés tournés quasiment à l’américaine (comme Les Rivières pourpres de Matthieu Kassovitz, 36 quai des orfèvres d’Olivier Marchal ou Léon de Luc Besson) et aussi d’autres beaucoup plus réalistes, tendance Simenon. Avec enquête harassante sur le terrain, personnages ambigus, et immersion naturaliste dans une région donnée. C’est le cas avec Coup d’éclat.

Catherine Frot est Fabienne Bourrier, flic solitaire légèrement alcoolo qui vit avec sa mère malade et son chat (un peu comme Alain Delon dans le Samourai en quelque sorte). Elle exerce son métier du côté de Séte en traquant doucettement les sans-papiers et autres clandestins qui errent dan le coin. Jusqu’au jour où, prise de doutes et de compassion, elle mène une enquête perso pour retrouver l’enfant d’une jeune prostituée russe mystérieusement assassinée.

Plutôt centré sur son ambiance délétère et un côté social à la Ken Loach que sur son pitch à priori simpliste, Coup d’éclat est aussi et surtout d’une étude de caractère. Celui d’une capitaine de police à l’âme fêlée qui semble chercher un semblant de rédemption à son âme gangrenée par toutes les misères du monde.  Catherine Frot, à contre-emploi des rôles plus excentriques qui ont fait sa popularité comme Odette Toulemonde, Marguerite ou Imogène McCarthery éteint ici son visage pour jumeler son spleen au ton désespéré du film. Et y amène, pour le coup (d’éclat), toute l’émotion qu’il faut.   

Réalisé par

4.8 / 10
Le contexte

Catherine Frot

Pascal Laugier, réalisateur du traumatisant "Martyrs", signe un polar horrifique à la Stephen King sur une mystérieuse disparition d'enfants.

José Alcala

Un polar très très noir d'Erik Zonca porté par le jeu absurde, bourru, hilarant et alcoolisant de Vincent Cassel.

MARGUERITE