Bande Annonce de DESTINATION... LUNE !Découvrez la bande Annonce de DESTINATION... LUNE ! sur FilmoTVhttp://
Irving Pichel
Dick WessonErin O'Brien-MooreJohn ArcherTom PowersWarner AndersonEverett GlassFranklyn FarnumKenner G Kemp

DESTINATION... LUNE !

92 mn

Note de SensCritique :

6.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Irving Pichel.

Casting : Dick Wesson, Erin O'Brien-Moore, John Archer, Tom Powers, Warner Anderson, Everett Glass, Franklyn Farnum. Kenner G Kemp

Synopsis : Après avoir imaginé et construit une fusée interplanétaire, quatre ingénieurs s’embarquent à son bord, malgré l’interdiction des autorités américaines. Leur destination : la Lune. Au cours de ce voyage inédit et mouvementé, ils devront notamment sortir dans l’espace pour réparer leur indispensable antenne radar. Une fois l’alunissage également réussi, ils seront les premiers hommes à fouler le sol de cet astre, dont les enjeux stratégiques américains ont fait une priorité...

Scénario : Alford Van Ronkel, James O'Hanlon, Robert A Heinlein.
Musique : Leith Stevens.
Pays : Etats-Unis
Tags : Science-fiction, PLUS D'ACTION, Espace, Guerre froide, Voyage sur la Lune / Lune, Vaisseau spatial et soucoupe volante.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Durant l’été 1950, c’est-à-dire 19 ans avant que Neil Armstrong n’exécute son fameux « petit pas pour l’homme / grand pas pour l’humanité », l’Amérique découvrait Destination... Lune, l’aventure, inimaginable à l’époque, d’une expédition militaro-scientifique composée de quatre hommes, bien décidés à être les premiers à débarquer sur la Lune, au nom des intérêts supérieurs, stratégiques et bien compris de la nation américaine. Le tout, en pleine Guerre froide !

Produit par George Pal, producteur et cinéaste américain d’origine hongroise, Destination... Lune est le 34e long métrage d’Irving Pichel qui, comédien puis assistant, avait entamé sa carrière de réalisateur dès 1932 avec Ernest B. Schoedsack et La Chasse du comte Zaroff. Depuis, il avait dirigé de nombreuses stars, dont Orson Welles ou Barbara Stanwyck, découvrant même Natalie Wood au début des années 40.

Pour que cette aventure interstellaire apparaisse la plus crédible possible, la production engagea des comédiens relativement peu connus du public, à l’exception d’un célèbre personnage (très animé !) qu’on ne s’attendait pas à voir là... mais je ne vous en dirai pas davantage ! Nommé à l’Oscar du meilleur décor, Destination... Lune décrocha celui des meilleurs effets spéciaux, face au Samson et Dalila de Cecil B. DeMille, ainsi que le berlinois Ours de bronze.

Après Georges Méliès qui, en 1902, avait imaginé un cocasse et poétique Voyage dans la lune et après Fritz Lang qui, en 1929, avait produit et réalisé La Femme sur la lune, Destination... Lune peut être considéré comme le premier film d’anticipation (sonore) mettant en scène, d’une façon réaliste et vraisemblable, un voyage interplanétaire. Des spécialistes – physiciens et astronautes – participèrent à sa réalisation, notamment l’austro-hongrois Hermann Oberth, considéré comme l’un des pères fondateurs du vol spatial et qui avait déjà prêté son concours au film de Fritz Lang. Comme vous avez pu le voir, c’est à Woody Woodpecker en personne que revint la redoutable tâche d’expliquer aux spectateurs les enjeux techniques soulevés par cette expédition ainsi que le principe de base du moteur à réaction. Célèbre depuis une dizaine d’années grâce à d’innombrables courts métrages d’animation, ce pivert au rire si particulier réapparaîtra presque quarante ans plus tard dans un autre long métrage, celui de Robert Zemeckis, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

Lorsque Destination... Lune sortit à Paris en avril 1951 – au Normandie sur les Champs-Elysées et au Rex sur les Grands Boulevards –, la presse salua la performance cinématographique tout en s’interrogeant sur l’éventualité qu’un tel voyage de la Terre à la Lune – déjà imaginé par Jules Verne au milieu du 19e siècle – ne devienne réalité. « Il ne nous appartient pas de dire à quel point [ce film] touche aux prochains progrès techniques plus qu’à l’utopie », écrivait le chroniqueur du quotidien l’Aube. « L’amusant, concluait-il, est que l’on puisse imaginer que cela cessera un jour d’être de la fiction. » « On finirait presque par y croire », renchérissait son collègue de Opéra – l’autoproclamé « Hebdomadaire de tous les arts ». De son côté, le journal Combat – ancêtre du Quotidien de Paris – parlait d’un « reportage anticipé » et annonçait fièrement qu’aller sur la Lune était possible dès aujourd’hui, encore fallait-il y consacrer « des capitaux que seul un département militaire peut fournir ».

Enfin, du côté de Radio-Cinéma – l’ancêtre de Télérama –, si Destination... Lune semble « assez éloigné de toute préoccupation artistique », on le jugea cependant « incontestablement valable, [car il] nous emmène, pouvait-on lire, dans le domaine de la grande aventure, de l’anticipation raisonnable et du fantastique scientifique ». De plus, il procure « de fortes émotions », notamment au cours de la séquence du décollage, durant laquelle, apprend-on, « les spectateurs les plus blasés ont les nerfs tendus et ne peuvent s’empêcher de retenir leur respiration ».

Il y a de ces films d'un autre temps qui sont toujours aussi incroyables, même s'ils datent d'il y a pratiquement 65 ans ! Une ère où la science-fiction de l'époque est souvent devenue une uchronie de la nôtre. Et encore, ce Destination... Lune ! s'en tire avec brio. En étant ...

Lire la suite
8
AntoineRA

Adapté d'un roman de Robert A. Heinlein (Starship Troopers) et réalisé par Irvin Pichel (The Most Dangerous Games), cette production George Pal se distingue des films de SF des 50's par sa volonté de réalisme scientifique. Ici, pas de fusées qui passent en vitesse lumière, ...

Lire la suite
8
Mighty-Forest

Hergé était un filou

Crac dedans ! En découvrant ce film, je me suis aperçu que Hergé avait tout volé pour faire son dyptique sur la lune ! C'est vraiment étrange de découvrir les situations similaires. Après, Hergé a tout de même su se réapproprier le récit (souvent à tort, je trouve), ...

Lire la suite
7
Fatpooper
 
le contexte
A voir également
Affiche du film EXPLORERS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film SUNSHINE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film BATAILLE AU-DELÀ DES ÉTOILES
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film TROIE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LINE OF FIRE

à partir de

6.99
 
Affiche du film ABDEL ET LA COMTESSE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PRISONNIÈRE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film A BEAUTIFUL DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Enter the Void

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés