DRAGONS

À partir de 2.99 €
Une grande fresque suivant l'ascencion d'un adolescent dans la mafia taiwanaise.
Drame - 2013 - Taïwan - 140 MIN - VO - Tous publics
Moustique, 17 ans, vit avec sa mère dans le quartier mal famé de Monga, à Taipeh. Il est régulièrement brimé par ses camarades de classe au lycée. Mais la roue tourne pour lui lorsqu'il sympathise avec quatre jeunes gens qui fréquentent le même établissement et sont au bord de la délinquance. Les cinq ados forment alors un gang qui va être respecté et craint. Un de ses camarades est le fils d'un gangster local. Ce sera l'occasion pour Moustique de gravir les échelons de la mafia locale. 

Réalisé par

6.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Nicolas Rioult
Nicolas Rioult
CHRONIQUEUR

Taipeh, début des années 80, dans le quartier pauvre de Monga. Monga c’est d’ailleurs le titre original du film, ce qui signifie en dialecte local « petite barque ».  Moustique, un garçon de 17 ans, est harcelé par les jeunes du quartier. Il se lie d’amitié avec un autre groupe de quatre délinquants, parmi lesquels le fils d’un gangster local. Moustique intègre le gang et les 5 adolescents deviennent des petits caïds respectés dans leur lycée.
Dragons est une magnifique fresque criminelle courant sur plusieurs années, une sorte d’Affranchis taiwanais. Commençant comme une chronique adolescente, on suit la montée progressive d’un jeune garçon dans la pègre locale. Les premières scènes dans ce quartier sordide qu’est Monga sont époustouflantes de réalisme mais le réalisateur n’hésite pas à y mêler de la pure fantaisie. Il y a par exemple un superbe combat de rue filmé entièrement au ralenti au son d’une musique classique douce ou ce moment digne d’un manga dans lequel Moustique s’imagine combattre ses adversaires en formant des boules de puissance avec ses mains, tel Sango Ku dans Dragon Ball !  Cette première partie est brutale mais elle a l’énergie de la jeunesse, et la mise en scène  du réalisateur Doze Niu retranscrit admirablement la fougue de ces jeunes gens désœuvrés trouvant dans la criminalité une  échappatoire à leur vie morne. 
Mais à mesure que le héros intègre la hiérarchie mafieuse, le film se transforme en opéra criminel funèbre. Filmé dans un superbe Cinémascope, la caméra est le témoin de règlement de comptes sanglants au milieu de la nuit taiwanaise, éclairée par les néons des boites de nuits interlopes où les affaire se font et se défont à coup de machettes.  L’insouciance de la jeunesse s’estompe peu à peu, le poids des parrains, les règlements de compte, les trahisons deviennent le quotidien de ces enfants grandis trop vite. Et le film de s’achever  dans un bain de sang. 

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Une fresque intimiste suivant des adolescents désoeuvrés dans le Taipeh de la fin des années 60. La chronique indolente basculera vers le drame.

Doze Niu

Un enfant se prend d'admiration pour un gangster dans le Bronx. Une étude passionnante sur la fascination des jeunes pour la mafia.

LOVE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité