Innocence
Bientôt disponible
Parce que le film adapte la nouvelle de Wedekind, comme Dario Argento avec Suspiria
Fantastique / Horreur - 2005 - Belgique | France - 115 MIN - Tous publics

On ne peut résumer Innocence car on ne peut résumer le mystère. On peut résumer des éléments qui créent le mystère mais auxquels le mystère ne se résume pas : il y a, dans cette adaptation de Wedekind, dramaturge du XIXe, un lieu clos - école ou prison ? - où des très jeunes adolescentes en uniforme étudient les sciences de la vie et la danse, selon une stricte discipline. Mais elles rêvent d’ailleurs : l’une d’elle part en barque, une autre voudrait être lauréate du concours de danse car celle-ci sort du lieu… Ce mystère est-il le Cinéma ?

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Christine Haas

Christine Haas

CHRONIQUEUR

Sorti en 2003 Innocence est le premier long-métrage de Lucile Hadzihalilovic, monteuse de Carne et de Seul contre tous, les premiers films de Gaspar Noé, qui sera à son tour cadreur de son court métrage La Première mort de Nono en 1987 et de son moyen métrage La Bouche de Jean-Pierre en 1996.

La cinéaste adapte la nouvelle Mine-Haha ou l'éducation corporelle des jeunes filles, publiée en 1903 par l'auteur allemand Frank Wedekind. Pour rassurer les financiers, elle engage 2 actrices connues. Marion Cotillard, révélée au grand public dans Taxi, bientôt César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Un long Dimanche de fiançailles mais bien avant La Môme en 2008, qui fera d'elle la seule actrice française à avoir reçu un Golden Globe, un BAFTA, un César et un Oscar pour un même rôle.

Face à elle Helene de Fougerolles est apparue dans des films célèbres comme La Reine Margot, Le Péril Jeune, La Plage et Va Savoir de Jacques Rivette qui lui a valu le Prix Romy Schneider en 2001. L'une boite, l'autre est malheureuse, ce qui crée un trouble sexy.

Contexte

Marion Cotillard

Lucile Hadzihalilovic

LA MÔME

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité