J'AIME REGARDER LES FILLES

Bientôt disponible
Parce qu'en 2011, on y remarquait déjà Pierre Niney, 22 ans
Comédie - 2011 - France - 92 MIN - Tous publics
Les tribulations amoureuses de Primo, pauvre et de gauche, et de la belle Gabrielle, riche et de droite. Ou comment se faire passer pour celui qu'on n'est pas pour tutoyer ses rêves de jeune adulte.

Réalisé par

6.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Marie Nedjar
Marie Nedjar
CHRONIQUEUR

Si des jeunes comédiens tels que Pierre Niney et Lou de Laâge sont aujourd’hui reconnus par le cinéma français (voire international le temps de quelques projets), c’est sans nul doute grâce à ce premier long de Frédéric Louf, J’aime regarder les filles, au titre reprenant le tube de Patrick Coutin.

On est plongé en 1981, en pleine élection de François Mitterrand, pour suivre le destin amoureux de deux jeunes gens, Primo, prolétaire et de gauche et Gabrielle, bourgeoise BCBG issue d’une famille qui vote majoritairement à droite. Deux mondes que tout sépare et qui pourtant vont se rencontrer. Au prix de terribles concessions pour Primo qui va renier qui il est, ses origines, sa famille, ses amis, en faisant croire à Gabrielle qu’il est également du même milieu qu’elle. Entre quiproquos proches de la farce et drame sous-jacent, Primo pourra-t-il garder pour lui sa véritable nature ?

A la fois comédie romantique sur les débuts amoureux d’un garçon et d’une fille de 18 ans et drame social, J’aime regarder les filles offre un regard amusé et nostalgique sur le début des années 1980, alors que les Français vivaient en direct l’élection d’un premier président socialiste, entre espoir et désenchantement. 

Le contexte

Pierre Niney

Des jeunes gens qui font leurs premières expériences sentimentales.

Frédéric Louf

Pour la jeunesse qui navigue entre différents contextes sociaux et qui se cherche entre amours et amitiés.

20 ANS D'ÉCART

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS