JEAN-MICHEL BASQUIAT : THE RADIANT CHILD

Bientôt disponible
Documentaire - 2010 - Etats-Unis - 88 MIN - Tous publics

Pionnier de l’art contemporain, Jean-Michel Basquiat a produit, en un temps très court, une œuvre particulièrement riche. La cinéaste Tamra Davis rend hommage à l’artiste qu’elle a très bien connu, grâce aux témoignages de ses amis et à ses propres images d’archives.

Réalisé par

7.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Fils d’une Portoricaine et d’un Haïtien, né à New York le 22 décembre 1960, c'est-à-dire quelques jours après l’élection de Kennedy, Jean-Michel Basquiat est, très vite, attiré par l’art en général, et le dessin en particulier. Enfant, il passe de longues heures au musée, en particulier au MoMA, le temple de l’art moderne new-yorkais, où sa mère l’emmène très régulièrement.

A sept ans, alors que ses parents divorcent, il est victime d’un accident de voiture qui l’oblige à rester longtemps sur un lit d’hôpital. C’est là que, pour occuper ces longues et monotones journées, sa mère – encore elle ! – lui offre un livre d’anatomie intitulé Gray’s anatomy, qui, comme vous allez le voir, va durablement influencer son œuvre à venir.

Passionné de dessin, le garçonnet passe son temps le crayon à la main. Tout l’inspire, des illustrations du dictionnaire aux automobiles qui roulent dans la rue, en passant par les films d’Alfred Hitchcock !

C’est au milieu des années 1970 qu’il va commencer à graffiter les murs de Manhattan – on ne disait pas encore tagger –, et son style, la poésie qui s’en dégage, les étranges symboles qui y reviennent en permanence, vont attirer l’attention sur lui. La suite, vous allez la découvrir avec ce film de Tamra Davis qui retrace le bref, mais irrésistible, parcours de cet artiste singulier et prolixe, mort prématurément, à l’âge de 27 ans, le 12 août 1988. Pendant une heure et demie, vous allez être en compagnie de ce personnage attachant et vous allez rencontrer ceux qui l’ont connu, dont le peintre et cinéaste américain, Julian Schnabel, auteur de Basquiat, un biopic dans lequel Jeffrey Wright incarnait ce génie plein d’énergie et terriblement avide de reconnaissance.

Avant sa fatale descente aux enfers, due à la drogue et à l’alcool, on peut dire que Jean-Michel Basquiat obtint cette reconnaissance, autant critique que publique, et que sa mort prématurée ne mit pas fin à l’engouement qu’il suscita, puisque, plus de vingt ans après, l’une de ses toiles fut vendue la modique somme de 14,6 millions de dollars.

Le contexte

Tamra Davis

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS