L'APOLLONIDE, SOUVENIRS DE LA MAISON CLOSE

Bientôt disponible
Parce que le film associe une intrigue d'époque (1900) et une musique contemporaine
Drame - 2011 - France - 122 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Paris, fin du XIXe siècle. Samira, Clotilde, Julie, Léa, Madeleine, Pauline et quelques autres jeunes femmes sont les prostituées d'une maison close tenue par Marie-France. Des bourgeois et des artistes y ont leurs habitudes quotidiennes ou hebdomadaires. Des clients habitués aux pratiques souvent rituelles et codifiés font ainsi face à des jeunes femmes qui toutes rêvent secrètement ou...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

« Il y a quelque chose de profondément mystérieux dans la figure de la prostituée et c’est pour cela que c’est un personnage de fiction récurrent de l’histoire de l’art. » C’est ainsi que le cinéaste Bertrand Bonello replaçait lui-même son film L’Apollonide, souvenirs de la maison close dans le contexte plus large d’une utilisation artistique de la prostitution, tant il est vrai que dans la peinture comme dans la littérature le « plus vieux métier du monde » a toujours fait recette.

Laissant de côté les visées purement voyeuristes ou provocatrices, Bertrand Bonello, en véritable historien, s’attache d’abord à faire renaître de toutes pièces un univers disparu, du moins en France, comme il pourrait le faire avec d’autres lieux, d’autres métiers. Il a mis un soin particulier à recréer les décors, les costumes, les us et les coutumes d’un bordel parisien à l’aube du siècle précédent.

Et face aux clients, tous des habitués aux exigences connues, un groupe de jeunes femmes qui réagit aussi selon des règles précises et balisées, autrement dit comme un collectif d’une certaine manière autonome. C’est ce que cache en premier lieu cette maison close.

Réalisé par

6.8 / 10
Le contexte

Bertrand Bonello ne cache pas que ce film constitue pour lui une véritable référence et que son film en est une sorte de double artistique;

Bertrand Bonello

Le film de Patricia Mazuy, film historique lui aussi, s'intéresse également à un groupe féminin en vase clos

LA GRAINE ET LE MULET