L'ITALIEN DES ROSES

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Parce qu'avec ce film, Charles Matton, peintre, sculpteur, écrivain, devenait cinéaste
Drame - 1973 - France - 82 MIN - VF - Tous publics
Ne supportant plus son quotidien, Raymond grimpe sur le toit d'un immeuble et s'apprête à sauter dans le vide. Au pied du bâtiment, des noceurs, parmi lesquels la petite amie et les parents du jeune homme commencent à s'amasser pour tenter d'empêcher son geste.
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

Peinture et cinéma se sont souvent fréquentés à l’écran, mais il existe assez peu de cas de peintres qui soient devenus cinéastes. Charles Matton aura navigué entre les deux disciplines.

En 1973, il signe L’Italien des roses un premier film qui relie ces arts à une notion de perspectives, de point de vue sur le monde. À savoir celle de Raymond, un jeune homme qui ne supporte plus la vie telle qu’elle se déroule dans les nouvelles cités HLM parisienne. Par dépit, le voilà sur le toit d’un immeuble prêt à se jeter dans le vide. Au pied du bâtiment, une foule qui faisait jusque-là la noce commence à s’amasser…

Matton et son œil poétique arrête le temps entre celui qui veut mourir et ceux qui continuent à vivre, pour mieux observer ce qui différencie les individus de la masse, comme ce qui les rapproche. Pas éloigné, dans sa virulence, des films-tracts de Godard, L’Italien des roses chronique cette France des années 70 qui a bétonné la liberté de l’humanité dans une urbanisation à outrance. Entre hyperréalisme et allégorie d’un mal-être, une autre manière de peindre le monde.

Réalisé par

5.8 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Richard Bohringer

Un autre film français faisant l'état des lieux des cités HLM dans les années 70

Charles Matton

Un autre film réalisé par un peintre sur fond d'étude sociale.

LE CUISINIER, LE VOLEUR, SA FEMME ET SON AMANT