LA CHEVAUCHéE SAUVAGE

Bientôt disponible
Parce que la scène finale -l'arrivée de la course- est une des plus bouleversante de l'histoire du western
Guerre / Western - 1975 - Etats-Unis - 130 MIN - Tous publics

Au début du 20e siècle, le Western Press organise une course d'endurance de plus de mille kilomètres à travers l'Ouest américain. 2000 dollars reviendront au vainqueur. Six hommes et une femme prennent le départ : Sam Clayton, un amoureux des chevaux; son ami Luke Matthews, un joueur professionnel; Miss Jones, une ancienne prostituée; un modeste père de famille mexicain très croyant et victime d’une rage de dents; « Mister », le doyen de la course; Sir Harry Norfolk, un jockey venu d’Angleterre, et Carbo, un jeune fanfaron ambitieux. La course, semée d’embûches, va s’avérer aussi dure pour les hommes que pour les chevaux...

Réalisé par

6.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Avant la Chevauchée sauvage, western qu’il tourna à l’âge de 63 ans, Richard Brooks était l’auteur d’une vingtaine de films, dont quelques uns restés célèbres – Graine de violence, Elmer Gantry, ou la Chatte sur un toit brûlant –, ainsi que deux westerns : la Dernière chasse, avec Robert Taylor en 1956, et les Professionnels, avec Burt Lancaster en 1966. Situé au début du 20e siècle, la Chevauchée sauvage nous fait vivre une course d’endurance à cheval, dans le Colorado, sur 700 miles – c'est-à-dire, un peu plus de 1.126 km. Six hommes et une femme vont y participer.

 

La femme, c’est Candice Bergen, cinq ans après Soldat Bleu, le rude western de Ralph Nelson qui l’avait définitivement révélée. Face à elle, Gene Hackman, dont l’agenda surchargé obligea Brooks à tourner avant que le scénario ne soit achevé et avant que le comédien, respectueux de ses engagements, ne rejoigne John Frankenheimer pour French Connection II, qui sortira un mois avant la Chevauchée sauvage.

 

Dans le rôle de Luke, vous reconnaîtrez James Coburn, entre deux premiers rôles chez Sam Peckinpah – Pat Garrett dans Pat Garrett et Billy le kid et l’humaniste sergent Steiner dans Croix de fer – et, en vétéran de la course, Ben Johnson, l’un des comédiens fétiches de John Ford, du Fils du désert aux Cheyennes, en passant par le Convoi des braves, dont il était la vedette.

 

Voici donc la Chevauchée sauvage, Cowboy de bronze 1976, distinction attribuée à Oklahoma City depuis le début des années 1960, aux westerns défendant le mieux l’héritage du grand Ouest américain.

Contexte

Au début du 20e siècle, aussi, une firme automobile américaine organise une longue course d’endurance entre New York et Paris...

Richard Brooks

Une femme et quelques hommes participent à un concours de tir. La prime n’est pas, ici non plus, leur seule motivation.

IMPITOYABLE (1992)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité