LA DERNIèRE PREUVE

Bientôt disponible
Policier / Suspense - 1998 - Etats-Unis - 103 MIN - Tous publics

Kitt Devereux s’est brillamment reconvertie en avocate d'affaires très médiatique après avoir longtemps défendu des meurtriers et des violeurs. Elle accepte néanmoins de défendre le rappeur latino Bobby Medina, accusé d'avoir assassiné Jana Calloway, fille d'un homme très riche, pensant qu’on l’accuse à tort, à cause de ses origines. La partie civile est représentée par Jack Campioni, assistant procureur, un ex-amant de Kitt, animé d'ambitions politiques et  bras droit de Paul Saxon, candidat à la Présidence. Kitt découvre des photos compromettantes où Jana figure avec Paul, ce qui l’amène à affronter Sylvia Saxon, la puissante mère de ce dernier. Et bientôt Kitt se retrouve victime d’une machination et terriblement en danger…

Réalisé par

5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Cédric Jouarie
Cédric Jouarie
CHRONIQUEUR
Au début des années 90, Basic Instinct a lancé la mode du thriller sulfureux tendance SM soft. La Dernière Preuve s’inscrit donc dans cette mouvance-là, mais le film de Randal Kleiser, résolument sous influence, relève aussi du thriller juridique façon John Grisham, comme Le Client ou L’Affaire Pélican. Autant de références prestigieuses devant lesquelles La Dernière Preuve n’a pas à rougir.
Il faut dire que Randal Kleiser n’est pas un novice puisqu’il a réalisé près de 30 films ou téléfilms en une trentaine d’années. En plus, dans le lot, on retrouve quelques classiques du cinéma contemporain comme Grease et Le Lagon Bleu. Bref, s’il ne s’agit pas d’un réalisateur bénéficiant du statut d’auteur, c’est tout de même un artisan plus qu’honnête comme Hollywood sait les faire.
Côté casting, Mélanie Griffith tient le haut de l’affiche, face à Tom Berenger en adversaire de luxe… Certes, pas forcément de quoi déplacer les foules aujourd’hui, mais il faut garder à l’esprit que ces deux-là étaient considérés comme de véritables stars en 1998, quand le film est sorti. Et s’ils ont aujourd’hui été remplacés par d’autres dans le cœur du public, leurs films, comme Working Girl ou Platoon, pour ne citer que ces deux-là, sont des chefs d’œuvres intemporels qui leurs doivent tout ou presque.
Contexte

Randal Kleiser

WORKING GIRL

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité