Bande Annonce de La descente infernaleDécouvrez la bande Annonce de La descente infernale sur FilmoTVhttp://
Michael Ritchie
Camilla SparvGene HackmanJim McmullanKarl Michael VoglerRobert RedfordCarole CarleDabney ColemanKathleen CrowleyKenneth Kirk

La descente infernale

105 mn

Note de SensCritique :

5.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Michael Ritchie.

Casting : Camilla Sparv, Gene Hackman, Jim Mcmullan, Karl Michael Vogler, Robert Redford, Carole Carle, Dabney Coleman, Kathleen Crowley. Kenneth Kirk

Synopsis : David est un skieur émérite qui saute sur l'occasion de représenter son pays, les USA, aux Jeux olympiques en s'inscrivant dans l'équipe nationale suite à la blessure subie par un camarade. Mais l'ambition de David ne s'arrête pas là, et le sportif fera tout ce qui sera en son possible et en permanence afin de tirer la couverture à lui au détriment de toute humanité. Il en subira les revers.

Scénario : James Salter.
Musique : Kenyon Hopkins.
Pays : Etats-Unis
Tags : Grenoble ou presque, Jeux olympiques.

Inclus danspassillimite
voir ce film

On peut être archidoué dans un domaine particulier et avoir en même temps un caractère de cochon et n'y connaître surtout rien en matière de relations humaines. C'est le cas de David, skieur émérite, individualiste comme pas un et qui n'hésite pas à tirer la couverture à lui dès que l'occasion se présente. Ainsi profite-t-il de la blessure d'un compatriote pour rejoindre l'équipe nationale et participer aux Jeux olympiques, sauf que équipe ou pas, pour David il n'y a que David qui compte. Mais tout a un prix dans la vie.

La Descente infernale
est un drame américain à forte intensité, réalisé par Michael Ritchie dont c'était la première expérience derrière la caméra pour un long métrage, et à qui reviendront plus tard des films tels Divine Madness avec Bette Midler, Fletch avec le comique Chevy Chase, ou encore Votez McKay dans lequel il dirigeait Robert Redford. Le même Redford qui tient la vedette dans La Descente infernale en interprétant le personnage du skieur David, beau, arrogant et bien déterminé à arriver à ses fins coûte que coûte.

Le reste de la distribution est assuré par Gene Hackman qu'on ne présente plus sauf peut-être pour citer à titre d'exemples Conversation secrète de Coppola ou French Connection de Friedkin. Karl Michael Vogler issu du très beau Deep End de Skolimowski, Camilla Sparv habituée des seconds rôles et remarquée dans L'Or de MacKenna de Jack Lee Thompson, Carole Carle qui s'est fait un nom à l'époque de la série télévisée Mission Impossible dans les années soixante, et pour clore ce casting, Dabney Coleman qui partageait la vedette avec Henry Fonda et Katharine Hepburn dans le magnifique film de Mark Rydell La Maison du lac. La Descente infernale demeure l'œuvre la plus aboutie de son réalisateur Michael Ritchie, décédé en 2001. Et si la tête de l'homme qu'on voit dans la scène du restaurant vous semble familière, ne cherchez pas au générique de fin, il n'y est pas crédité. A vous de trouver.

Il était beau, il était séduisant, il débordait de charisme et sa seule présence à l'affiche d'une œuvre cinématographique suffisait à remplir les salles, notamment d'un public féminin. Vous l'avez compris, il s'agit de Robert Redford dont le charme demeure indéniable, mais qui à l'époque du film La Descente infernale auquel vous venez d'assister, soit la toute fin des années soixante, se construisait une solide réputation de jeune premier et de comédien talentueux avec des titres tels Butch Cassidy et le Kid de George Roy Hill, Propriété interdite de Sydney Pollack, Pieds nus dans le parc de Gene Saks, ou encore La Poursuite impitoyable d'Arthur Penn.

La Descente infernale est un des rares films de l'époque dans la carrière de Redford où ce dernier incarne un personnage pas franchement sympathique ayant pour lui son seul physique agrémenté de ses talents de skieur. Les producteurs parièrent sur son aura mais contrairement à leur attente, le grand public bouda partiellement cette Descente infernale, lui accordant un intérêt moindre qu'aux autres titres de gloire de l'acteur, notamment aussi du fait que certains critiques américains trouvaient peu crédible de voir Robert Redford en champion de ski. Cela dit, les scènes de ski justement et de l'aveu général, sont une vraie réussite dans le genre, et rares sont les films qui abordent ce sport. Quant à la doublure de Redford, elle assure.

Convaincant aussi, Gene Hackman dans le rôle du coach. Quelques années plus tard, en 1977 précisément, Hackman et Redford étaient appelés à se retrouver dans un film de guerre, Un pont trop loin, réalisé par Richard Attenborough, sans cependant avoir de scènes en commun. Sachez enfin que La Descente infernale est l'adaptation cinématographique d'un roman américain à succès ayant pour titre The Downhill Racers écrit en 1963 par Oakley Hall. Revenons à l'homme au restaurant dont je vous parlais en amont. Il s'agit bien de Sylvester Stallone qui faisait ici ses tout premiers pas au cinéma. 

L'ascension d'un skieur professionnel américain jusqu'aux Jeux Olympiques. C'est un pur film sur le sport, mais super réussi, quasi silencieux, avec de la mise en scène dans chaque plan. Le film se découpe entre les compètes et l'histoire d'amour du héros, et s'équilibre ...

Lire la suite
7
FrankyFockers
 
le contexte
A voir également
Affiche du film Conversation secrète

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Petites coupures

à partir de

9.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE GRAND SILENCE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Le vieil homme et l enfant
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BARRY SEAL: AMERICAN TRAFFIC

à partir de

4.99
 
Affiche du film OTEZ MOI D UN DOUTE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES GRANDS ESPRITS

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE PARTY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KUNG FU YOGA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SEVEN SISTERS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés