LA DESCENTE INFERNALE

1970
98 mn
Ce film n’est plus disponible

1970
98 mn
Pour Stallone qui apparait pour la 1ère fois sur un écran, dans un restaurant avec Redford
David est un skieur émérite qui saute sur l'occasion de représenter les USA aux JO, en s'inscrivant dans l'équipe nationale suite à la blessure subie par un camarade. Mais l'ambition de David ne s'arrête pas là, et le sportif fera tout ce qui sera en son possible et en permanence afin de tirer la couverture à lui au détriment de toute humanité. Il en subira les revers.
Ce film n’est plus disponible
Drame
Etats-Unis
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

On peut être archidoué dans un domaine particulier et avoir en même temps un caractère de cochon et n'y connaître surtout rien en matière de relations humaines. C'est le cas de David, skieur émérite, individualiste comme pas un et qui n'hésite pas à tirer la couverture à lui dès que l'occasion se présente. Ainsi profite-t-il de la blessure d'un compatriote pour rejoindre l'équipe nationale et participer aux Jeux olympiques, sauf que équipe ou pas, pour David il n'y a que David qui compte. Mais tout a un prix dans la vie.

La Descente infernale
est un drame américain à forte intensité, réalisé par Michael Ritchie dont c'était la première expérience derrière la caméra pour un long métrage, et à qui reviendront plus tard des films tels Divine Madness avec Bette Midler, Fletch avec le comique Chevy Chase, ou encore Votez McKay dans lequel il dirigeait Robert Redford. Le même Redford qui tient la vedette dans La Descente infernale en interprétant le personnage du skieur David, beau, arrogant et bien déterminé à arriver à ses fins coûte que coûte.

Le reste de la distribution est assuré par Gene Hackman qu'on ne présente plus sauf peut-être pour citer à titre d'exemples Conversation secrète de Coppola ou French Connection de Friedkin. Karl Michael Vogler issu du très beau Deep End de Skolimowski, Camilla Sparv habituée des seconds rôles et remarquée dans L'Or de MacKenna de Jack Lee Thompson, Carole Carle qui s'est fait un nom à l'époque de la série télévisée Mission Impossible dans les années soixante, et pour clore ce casting, Dabney Coleman qui partageait la vedette avec Henry Fonda et Katharine Hepburn dans le magnifique film de Mark Rydell La Maison du lac. La Descente infernale demeure l'œuvre la plus aboutie de son réalisateur Michael Ritchie, décédé en 2001. Et si la tête de l'homme qu'on voit dans la scène du restaurant vous semble familière, ne cherchez pas au générique de fin, il n'y est pas crédité. A vous de trouver.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver CINQ JOURS, CE PRINTEMPS-LA (Dans ce drame de Fred Zinnemann, la montagne occupe également une place prépondérante.) ou encore UN PONT TROP LOIN (Ce films de Richard Attenborough réunissait également devant la caméra Robert Redford et Gene Hackman.).