LA GLOIRE DE MON PÈRE

1990
105 mn
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

1990
105 mn
Parce que Philippe Caubère - le père du film - est bien marseillais de naissance

Le petit Marcel vit en Provence avec sa mère, Augustine, couturière, et son père, Joseph, instituteur.
Pour les vacances d’été, ceux-ci ont loué une petite maison dans les garrigues, avec tante Rose, la sœur d’Augustine, et oncle Jules, son mari.
Arrivé sur place, Marcel sent naître en lui un amour qui durera toute sa vie.
Outre les parties de pétanque et l...

À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Comédie
France
Tous publics
VF - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Six ans après le Jumeau, mené par Pierre Richard dans le double rôle-titre, Yves Robert (70 ans) revient au cinéma avec sa version des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol. Le 29 août 1990, sort donc la Gloire de mon père suivi, deux mois plus tard, du Château de ma mère, les deux récits que l’écrivain avait fait paraître, avec succès, en 1957.

Comme celui-ci l’avait déclaré à l’époque : « Ce n’est pas de moi que je parle, mais de l’enfant que je ne suis plus. » Cet enfant est le fils chéri d’Augustine, jeune couturière qui lui donna le jour en février 1895 au premier étage de l’école de garçons d’Aubagne, là où Joseph, son futur papa, avait été nommé instituteur. Joseph, c’est Philippe Caubère, comédien de théâtre révélé au grand public, deux ans plus tôt, par Molière le film fleuve d’Ariane Mnouchkine. Augustine, c’est Nathalie Roussel qui, un an plus tard, deviendra la mère du cinéaste Henri Verneuil, dans Mayrig et 588 rue Paradis.

Pour avoir signé la bande originale du film que vous allez voir – et de sa suite – Vladimir Cosma fut nommé au César de la meilleure musique. Enfin sachez que la Gloire de mon père arriva en tête du box office des films sortis cette année-là avec plus de six millions d’entrées, juste avant le Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau et... le Château de ma mère.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LE CHÂTEAU DE MA MÈRE (1990) (Suite de l’enfance heureuse et ensoleillée du petit Marcel avec, en plus, Jean Carmet, Jean Rochefort, Georges Wilson...) ou encore JEUX INTERDITS (1952) (Autres souvenirs d’enfance, d’après le récit de François Boyer, futur coscénariste de la Guerre des boutons d’Yves Robert.).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné