LA MAISON QUI TUE

À partir de 2.99 €
Parce que Robert Bloch, le scénariste, est aussi l'auteur de Psychose (le roman) immortalisé à l'écran par Hitchcock
Fantastique / Horreur - 1974 - Grande-Bretagne - 102 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans
Enquêtant sur la disparition mystérieuse d'un acteur dans une maison d'une petite bourgade anglaise, un inspecteur réalise que chacun des quatre précédents occupants a vécu une histoire terrifiante  : un écrivain victime de visions hallucinatoires, un retraité sous l'influence  d'une femme en cire, un père veuf face à sa fille psychopathe et un comédien de films d'horreur devenu vampire pour de vrai...

Réalisé par

6.1 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Christophe Lemaire

Un écrivain de polars est persuadé que le meurtrier de son dernier roman a pris vie…  Dans un musée ce cire, un retraité tombe sous le charme d’une étrange statue de femme…

Une nounou  gère le quotidien d’une petite fille au comportement étrange qui semble terroriser son père veuf… Un acteur, spécialisé dans les rôles de vampires, achète une cape magique qui le transforme réellement en créature de la nuit… Ces quatre histoires réunies dans la Maison qui tue sont typiques d’un certain cinéma fantastique britannique qui, durant les années 60/70, produisait en masse des films d’horreur à sketches. Outre le fait qu’on y retrouve deux grandes légendes du cinéma fantastique  british – à savoir Peter Cushing dans le deuxième segment et Christopher Lee dans le troisième – les mini-scénarios de la Maison qui tue ont été écrit par Robert Bloch, l’auteur du Psychose  d’Alfred Hitchock.

Dans chaque histoire, on retrouve d’ailleurs la patte un tantinet lovecraftienne de l’écrivain qui, lorsqu’il était ado, entretenait des correspondances régulières avec le célèbre auteur du très maléfique l’Appel de Cthuclhu. Insistant  surtout sur une atmosphère de paranoïa ambiante, voir d’humour noir en ce qui concerne le scketch de l’acteur vampire, la Maison qui tue est réalisé par un certain Peter Duffel, stakhanoviste de la télé anglaise dont ce fut quasiment le seul titre de gloire pour le cinéma.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Peter Duffell

LE CAUCHEMAR DE DRACULA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité