Bande Annonce de LE BRASIERDécouvrez la bande Annonce de LE BRASIER sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7221/fond/7221_w_500.jpg
Eric Barbier
Jean-Marc BarrMaruschka DetmersFrançois Hadji-LazaroJean-Paul RoussillonSerge MerlinSylvia WelsThierry FortineauTolstyDominique DidryMarc BrunetRené Marquant

LE BRASIER

117 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Eric Barbier.

Casting : Jean-Marc Barr, Maruschka Detmers, François Hadji-Lazaro, Jean-Paul Roussillon, Serge Merlin, Sylvia Wels, Thierry Fortineau, Tolsty, Dominique Didry, Marc Brunet. René Marquant

Synopsis : Pavlak est le père d'une famille polonaise immigrée dans le Nord de la France en 1920. Si la boxe est pour les plus doués l'espoir de sortir de la mine, elle n'est pour lui qu'une façon d'arrondir son maigre salaire de mineur de fond. Son fils aîné, Victor, mineur comme lui, et qui subvenait en partie aux besoins familiaux s'éloigne rapidement de ses parents et de la communauté polonaise pour tenter de séduire une jeune femme française prénommée Alice. Un amour qui se heurte à l'hostilité ouverte des deux communautés en lutte permanente...

Scénario : Eric Barbier, Jean-Pierre Barbier.
Musique : Frédéric Talgorn, José Padilla.
Pays : France
Tags : Drame.

Film pas encore disponible

Lauréat du Prix Jean Vigo en 1991, Le Brasier réalisé par Eric Barbier se déroule durant les années 20 et 30 au sein de la communauté polonaise vivant dans le Nord de la France, avec pour décor principal ces exploitations minières où Zola, en son temps, avait situé son « Germinal ». On y suit notamment le destin de Victor interprété par Jean-Marc Barr, mineur, fils de mineur, passionné de boxe et amoureux d’Alice incarné par Maruschka Detmers une jeune française, alors même que les communautés française et polonaise cohabitent dans une rivalité permanente.

Pour son premier long métrage, Eric Barbier fait le pari d’une superproduction française, la première alors à s’approcher de la barre des 100 millions de francs de budget de production. Jeune réalisateur sortant de la prestigieuse école de cinéma la Fémis, il a obtenu très vite le prix Victor Hugo qui offre la possibilité à son lauréat de produire un teaser de quinze minutes pour son projet de premier long métrage. Cette aide lui permit alors de travailler avec Jean-François Lepetit, l’heureux producteur de Trois hommes et un couffin et de convaincre ainsi des financiers et le CNC.

Au départ, Barbier voulait raconter l’histoire d’un boxeur remontant sur le ring pour nourrir sa famille, le tout d’après un roman de Jack London, en transposant l’action en France dans une ville minière. Le cinéaste partit donc à Monceau-les-Mines où il rencontra beaucoup d’anciens mineurs, tout en reconnaissant dans son travail d’écriture l’influence exercé par Zola. "Tout converge vers Germinal quand on regarde tout ce qui a été écrit sur la mine." a –t-il ainsi déclaré. Il est temps de descendre dans la mine.

Il est important de replacer le film d’Eric Barbier dans son  double contexte économique. D’une part, côté industrie du cinéma, il s’agit donc d’une superproduction dont le cinéma français n’a alors plus l’habitude. Cette grande fresque sociale détonne dans le paysage. Et par ailleurs, le film se tourne alors même que les mines du Nord-Pas de Calais ferment les unes après les autres, victimes de la crise économique. Le tournage s’étant largement déroulé dans cette région, les habitants y virent un hommage grandeur nature à ce présent bientôt révolu.

Situé dans les années 30 notamment, le film se fait largement écho d’une autre crise économique très grave, celle qui frappe depuis 1929 l’Europe notamment et sera le terreau des dictatures à venir. Mais, comme on vient de le voir, la préoccupation de Barbier est plus esthétique que purement politique et sociale. Couleurs retravaillées, décor expressionniste, flashs lumineux sur les visages des ouvriers, images choc d’une cage d’ascenseur descendant à très grande vitesse au fond de la mine, tout concourt ici à faire de la mine une figure mythique par excellence.

Quelque peu boudé lors de sa sortie par le public et une partie de la critique, Le Brasier conserve sa place d’OVNI avec son ambition d’être un film d’auteur spectaculaire. C’est cette volonté d’un grand écart qui place le film sur une autre planète. Mais Barbier lui-même en était conscient puisque dans la note d’intention qu’il fit paraître au moment de la sortie de son film, il écrivait lucide et déterminé "Entre film volé et film de luxe, entre court métrage et superproduction, gardant de l’un l’urgence et l’empirisme, bénéficiant des moyens de l’autre, Le Brasier a fait son chemin sur le fil du rasoir."

le contexte
  • Egalement interprété par
    Maruschka Detmers
  • Pas si éloigné
    Quelques années après Eric Barbier, Claude Berri se mettait lui totalement dans les pas de Zola pour décrire l'univers de la mine dans le nord de la France.
  • Egalement realisé par
    Eric Barbier
  • Dans le même genre
    Dans la France actuelle, Jean-Paul Civeyrac raconte lui aussi une histoire d'amour impossible qui se fracasse sur le mur des disparités sociales.
A voir également
Affiche du film LA VENGEANCE DU SERPENT À PLUMES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BEING LIGHT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE SERPENT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés