LE MAS DES ALOUETTES

Bientôt disponible
Parce que les films évoquant le génocide arménien sont très peu nombreux
Drame - 2007 - Italie|France|Bulgarie - 118 MIN - interdit aux moins de 10 ans
A l’aube de la première guerre mondiale, en Turquie, une riche famille arménienne fait la fête sans se douter que l’armée turque prépare de violentes rafles contre tous les Arméniens vivant dans leur pays. Les attaques prennent tout le monde par surprise et se transforment en massacre. Les hommes, qu'ils soient adultes ou enfants, sont tous exterminés. Les femmes commencent un long et...
5.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Pierre-Simon Gutman
Pierre-Simon Gutman
CHRONIQUEUR

Le Mas des alouettes raconte un génocide auquel Paolo et Vittorio Taviani n’ont longtemps pas cru. Ce n’est en effet qu’en découvrant le livre d’Antonia Arslan, Il était une fois en Arménie, que les cinéastes italiens ont réalisé la vraie teneur des propos de la domestique d’origine arménienne qu’ils ont un temps employée. Lorsque cette rescapée du massacre, provoqué par des soldats trucs en 1915, leur racontait ce qu’elle avait traversé, les réalisateurs trouvaient ses propos si insoutenables qu’ils croyaient qu’elle affabulait.

Il y a donc, dans leur décision de porter ce roman à l’écran, une certaine dose de culpabilité. Il y a également la volonté de conter une tragédie historique qu’ils considèrent, de l’Arménie à l’Allemagne fasciste en passant par la guerre des Balkans, comme un perpétuel recommencement.

Ne voulant céder sur rien, les Taviani livrent un récit très dur. Mais ils filment aussi une œuvre romantique, un drame sur une famille décimée, dominé par le destin d’un couple maudit formée par une jeune arménienne et un soldat turc. C’est à mi-chemin entre cette violence sans concession et le romanesque de ces trajectoires individuelles, que les Taviani ont voulu situer Le Mas des alouettes, une œuvre qu’ils envisagent comme une pierre dans l’édifice de la cause arménienne.

Le contexte

Parce que ce film est peut-être l'évocation cinématographique la plus célèbre du génocide arménien, dans un cadre narratif très différent du Mas des alouettes.

Vittorio Taviani

La réalisatrice, pour évoquer un autre génocide du vingtième siècle, fait des choix similaires à ceux des Taviani, un mélange entre la dureté des images et la description romanesque d'un amour forcément maudit.

LES AMANTS PASSAGERS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS