LE VOYEUR

Bientôt disponible
Érotique - 2000 - Italie - 90 MIN - interdit aux moins de 16 ans
Un homme qui n'arrive plus à satisfaire sa femme retrouve goût au sexe par le biais du voyeurisme.

Réalisé par

4.5 / 10
1MNavant
2MNaprès
Christophe Lemaire
Il avait beau avoir 61 ans à l’époque du tournage de The Voyeur, adaptation très libre d’un roman d’Alberto Moravia, le réalisateur italien Tinto Brass prouvait qu’il n’avait toujours pas perdu de son statut de cinéaste grivois et paillard. C’est donc avec une certaine perversité légère et enjouée, qu’il retrace le parcours existentiel d’un jeune et beau professeur d’université qui n’arrive plus à honorer sa femme. Pour retrouver goût au sexe, celui-ci va être obligé de se transformer en un redoutable voyeur... Comme à son habitude, Tinto Brass fait dans l’érotisme hard. Ou la pornographie douce, au choix. Il donne une fois de plus, une vision du sexe totalement décomplexée, ludique et joyeuse. Comme cette orgie sur une plage ou déambule une nonne nue ou cette séquence de masturbation féminine dans un restaurant chic. Chez Tinto, le sexe n’est jamais agressif mais plutôt doux. Seins et pubis apparaissant au travers d’une chemise de nuit transparente, sexe masculin en semi érection, fessiers féminins rebondis se réfléchissant dans des miroirs, regards en coin, déshabillages glamoureux, caressages délicats d’entrejambes… Tinto sait faire monter l’excitation en jonglant sans cesse entre le sucré et le salé, l’osé et le pénétré. La texture des vêtements printaniers portés par ses magnifiques actrices se fondent sur leurs peaux douces tandis que les culottes en cotons blancs apparaissent subrepticement avec autant de pudeur virginale que la Vierge Marie dans la grotte fétiche de Bernard Soubirous. Maestro, c’est à vous…
Contexte

Tinto Brass

EMBRASSE MOI, PASQUALINO !

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité