Bande Annonce de LES CAÏDSDécouvrez la bande Annonce de LES CAÏDS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3572/fond/3572_w_500.jpg
Robert Enrico
Jean BouiseJuliet BertoMichael ConstantinePatrick BouchiteySerge ReggianiDanièle EvenouMichel ArdanRémi JulienneRoland BertinChristian de TillièreFrançoise FleuryFrançoise GiretJacques RispalLiliane GaudetLuce Garcia-VilleRobert Lombard

LES CAÏDS

97 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Robert Enrico.

Casting : Jean Bouise, Juliet Berto, Michael Constantine, Patrick Bouchitey, Serge Reggiani, Danièle Evenou, Michel Ardan, Rémi Julienne, Roland Bertin, Christian de Tillière, Françoise Fleury, Françoise Giret, Jacques Rispal, Liliane Gaudet, Luce Garcia-Ville. Robert Lombard

Synopsis : Après avoir commis un double meurtre, un jeune homme est récupéré par deux individus douteux. Il tombe amoureux de la fille de l'un d'eux et planifie avec elle un départ pour l'Australie en vue d'une nouvelle vie. Mais auparavant, le jeune homme devra participer à un hold-up organisé par un truand notoire.

Scénario : Pierre Pelegri, Robert Enrico.
Musique : François de Roubaix.
Pays : France
Tags : Drame, Policier / Suspense.

Film pas encore disponible

Jock, un jeune homme de 22 ans tue par jalousie sa femme et l’amant de celle-ci. Pris en sympathie par Thia, un aventurier par ailleurs témoin du meurtre, ce dernier l’emmène chez un ami, Murelli, avec lequel il forme un tandem de cascadeurs forains. Jock s’éprend de la fille de Murelli et planifie avec elle un départ pour l’Australie. Mais auparavant il participe à un ultime hold-up organisé avec un truand parisien.

Robert Enrico, le regretté réalisateur du film aux multiples récompenses Le Vieux fusil, s’est de son propre aveu inspiré du film américain Bonnie and Clyde pour raconter cette histoire d’amants traqués. A voir. Il a confié le personnage du jeune et fougueux Jock à Patrick Bouchitey, célèbre pour son rôle du Père Aubergé dans le film d’Etienne Chatiliez La Vie est un long fleuve tranquille. Puis celui de son amoureuse à Juliet Berto, trop tôt disparue, et qui fut Céline dans le film de Jacques Rivette Céline et Julie vont en bateau.

Les gangsters sont eux incarnés par les également regrettés Serge Reggiani, vedette de Casque d’Or aux côtés de Simone Signoret, Michel Constantin, mémorable dans son personnage d’André l’exploitant du cinéma itinérant dans La Fiancée du pirate, et puis Jean Bouise pour qui ce fut le début d’une longue collaboration avec Robert Enrico puisqu’il apparut dans sept autres films du cinéaste.
Tourné en 1972 d’après le roman de M.G. Braun L’Enfer est au sous-sol, Les Caïds s’en détache cependant rapidement pour adopter un ton et un style purement cinématographiques faisant la part belle aux ralentis et utilisant le format du cinémascope au maximum de son efficacité. Du moins pour l’époque.

Si le réalisateur du film Les Caïds, Robert Enrico, a raconté lui avoir pris pour modèle le  Bonnie and Clyde d’Arthur Penn, il n’en demeure pas moins qu’il a conféré à sa mise en scène et à sa narration du récit, une forme tout à fait française se rapprochant beaucoup plus d’œuvres comme Touchez pas au Grisbi, Du Rififi chez les hommes ou encore Mélodie en sous-sol. Le seul point commun avec Bonnie and Clyde finalement se résumant dans l’attitude du couple maudit face à la fatalité qui le guette. Et Enrico aurait en fin de compte peut-être mieux fait de ne jamais étaler au grand jour sa présumée source d’inspiration car si l’on doit regarder Les Caïds à travers le prisme du cinéma hollywoodien, et bien c’est raté ! Le film ne souffrirait pas la comparaison, notamment qu’il n’y a pas grand-chose à comparer, ni la mise en scène, ni le jeu des acteurs.

Non pas que le film français soit moins bon, mais tout simplement parce qu’il est différent. Et gageons qu’Arthur Penn n’aurait pas plus réussi Les Caïds en version made in USA, que Robert Enrico n’a abouti son Bonnie and Clyde français. Les subtilités de l’un et de l’autre des deux cinéastes, afférentes aux spécificités de leurs cultures respectives, n’étant que très difficilement transposables. Et nombreux sont les exemples qui abondent en ce sens. Que vaut le remake américain du film français Oscar, pourtant réalisé par une pointure, John Landis ? Pas grand-chose.

Idem pour The Birdcage transposition hollywoodienne de La Cage aux folles mise en scène par Mike Nichols, par ailleurs réalisateur de films comme Le Lauréat et Ce plaisir qu’on dit charnel. Et la version italienne de Bienvenue chez les ch’tis ? Pareil. Considérons donc Les Caïds comme un film bien français, il s’en sortira avec les honneurs, plutôt que comme la version française d’un classique américain. Il n’aurait rien à y gagner.

le contexte
A voir également
Affiche du film M. KLEIN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE RETOUR DU GRAND BLOND

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film PILE OU FACE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés