LES INNOCENTS

Parce que le film a inspiré la chanson de Kate Bush, the infant kiss
Science-fiction - 1962 - Royaume-Uni - 96 MIN - VO - Tous publics
Angleterre, fin du XIXe siècle. Miss Giddens, une gouvernante, se voit chargée par un riche célibataire de l'éducation de son neveu Miles et sa nièce Flora, jeunes orphelins qui vivent seuls dans un manoir avec leur nourrice Miss Grose. Miss Giddens perçoit d'étranges comportements de la part de ses protégés. Elle apprend que la précédente préceptrice, Miss Jessel, a eu une relation...

Réalisé par

7.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

On a coutume de dire qu’avec La maison du diable de Robert Wise, Les Innocents de Jack Clayton est l’autre grand film d’épouvante des années 60. Moins frontalement terrorisant, certes, mais dont le mix entre l’ambiance mélancolique et la terreur feutrée en font un film exemplaire. Les Innocents est donc tiré du Tour d’écrou, nouvelle fantastique que le romancier Henry James écrit à la fin du 19e siècle, époque ou se situe l’action. 

Une gouvernante, engagée par riche célibataire, est chargée de veiller et d’éduquer deux orphelins dans un grand manoir isolé de la campagne anglaise. Mais petit à petit, la gouvernante s’aperçoit que les enfants semblent être sous l’emprise de l’ancien serviteur des lieux, un certain Peter Quint qui, tout comme la gouvernante précédente dont il était l’amant, est décédé dans d’étranges circonstances. 

Progressant du drame psychologique trouble à l’épouvante pure, Les innocents ne donne jamais vraiment de réponse aux faits. Est-ce le fantôme de Quint que les enfants et la gouvernante semblent apercevoir où est-il  sortit de leur imagination torturée ? Grâce à la splendide photo en noir et blanc de Freddie Francis et à la réalisation tout profondeur de champ ambiantique de Jack Clayton Les innocents ne donne jamais la réponse. Au spectateur de croire au fantastique en se laissant aller dans ce trip mortifère, esthétisant et hypnotisant. Jusqu’à croire ou non, à l’existence des fantômes…   

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Deborah Kerr

Tourné en 1971, une suite/préquelle du film de Jack Clayton porté par l'écrasante présence de Marlon Brando

Jack Clayton

Signé Robert Wise, le plus grand film de maison hantée de l'histoire du cinéma. Purement et simplement.

TANT QU'IL Y AURA DES HOMMES

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS