Bande Annonce de LOUIS JOUVETDécouvrez la bande Annonce de LOUIS JOUVET sur FilmoTVhttp://

LOUIS JOUVET

13 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur :

Casting :

Synopsis : Bien que recalé trois fois au concours d’entrée du Conservatoire, c’est au théâtre que Louis Jouvet consacra sa vie, poussant son extrême passion jusqu’à mourir, sinon sur scène du moins dans son théâtre de l’Athénée, le 16 août 1951. N’empêche, et malgré certaines de ses déclarations – style : « Pour un acteur, au cinéma, le plus dur c'est de trouver une chaise ! » , sa filmographie fut à la hauteur du personnage. Tourner une trentaine de films en une vingtaine d’années, sous la direction, entre autres, de Jacques Feyder, Robert Siodmak, Jean Renoir, Julien Duvivier, Marcel Carné, ou encore Henri-Georges Clouzot, voilà qui témoigne d’un intérêt certain pour le 7e Art, pratiqué, comme le reste de sa carrière, avec rigueur et professionnalisme, sinon avec passion. Et, comme le rappelle Jean-Marc Loubier dans Louis Jouvet, le Patron (Ramsay Cinéma), lorsqu’en 1946 les accords franco-américains Blum/Byrnes prévoiront d’instituer des quotas favorisant la diffusion des films américains en France, il n’hésitera pas à prendre la défense du cinéma hexagonal : « Nos films, dira-t-il, sont le témoignage de notre civilisation, de notre culture. Le méconnaître, c’est abdiquer sa qualité de Français. » Le cinéma n’est donc pas seulement, pour Louis Jouvet, un rentable passe-temps, c’est surtout une autre facette de son métier d’acteur, la seule qui, aujourd’hui, témoigne encore de son génie. Grâce à FilmoTV, nous allons le retrouver dans cinq de ses derniers films, de Copie conforme (1947) à Une histoire d’amour (1951), sorti à Paris trois mois après sa mort.

Film pas encore disponible

Bien que recalé trois fois au concours d’entrée du Conservatoire, c’est au théâtre que Louis Jouvet consacra sa vie, poussant son extrême passion jusqu’à mourir, sinon sur scène du moins dans son théâtre de l’Athénée, le 16 août 1951. N’empêche, et malgré certaines de ses déclarations – style : « Pour un acteur, au cinéma, le plus dur c'est de trouver une chaise ! » , sa filmographie fut à la hauteur du personnage. Tourner une trentaine de films en une vingtaine d’années, sous la direction, entre autres, de Jacques Feyder, Robert Siodmak, Jean Renoir, Julien Duvivier, Marcel Carné, ou encore Henri-Georges Clouzot, voilà qui témoigne d’un intérêt certain pour le 7e Art, pratiqué, comme le reste de sa carrière, avec rigueur et professionnalisme, sinon avec passion. Et, comme le rappelle Jean-Marc Loubier dans Louis Jouvet, le Patron (Ramsay Cinéma), lorsqu’en 1946 les accords franco-américains Blum/Byrnes prévoiront d’instituer des quotas favorisant la diffusion des films américains en France, il n’hésitera pas à prendre la défense du cinéma hexagonal : « Nos films, dira-t-il, sont le témoignage de notre civilisation, de notre culture. Le méconnaître, c’est abdiquer sa qualité de Français. » Le cinéma n’est donc pas seulement, pour Louis Jouvet, un rentable passe-temps, c’est surtout une autre facette de son métier d’acteur, la seule qui, aujourd’hui, témoigne encore de son génie. Grâce à FilmoTV, nous allons le retrouver dans cinq de ses derniers films, de Copie conforme (1947) à Une histoire d’amour (1951), sorti à Paris trois mois après sa mort.

FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés