Bande Annonce de LOUISE BOURGEOIS ...L'ARAIGNEE, LA MAITRESSE ET LA MANDARINEDécouvrez la bande Annonce de LOUISE BOURGEOIS ...L'ARAIGNEE, LA MAITRESSE ET LA MANDARINE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2324/fond/2324_w_500.jpg
Marion Cajori
Jerry GorovoyLouise BourgeoisJean-Louis BourgeoisRobert Storr

LOUISE BOURGEOIS ...L'ARAIGNEE, LA MAITRESSE ET LA MANDARINE

99 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Marion Cajori, Amei Wallach.

Casting : Jerry Gorovoy, Louise Bourgeois, Jean-Louis Bourgeois. Robert Storr

Synopsis : Morte en 2010 presque centenaire, Louise Bourgeois est une des femmes sculpteurs contemporaines les plus célèbres. Française, émigrée à New York en 1938, elle y a connu un succès tardif mais considérable, en particulier pour les gigantesques araignées en bronze, qu’elle a fait naître à Ottawa, Saint Petersbourg ou Bilbao. Composé d’interviews réalisées dans les dernières années de sa longue vie, ce documentaire retrace son itinéraire, son oeuvre et son retentissement dans l’émancipation des femmes.

Scénario : Amei Wallach, Marion Cajori.
Musique : Laurie Anderson.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Documentaire, Toiles de maitres, Des portraits, C'est étrange !.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
Voilà une belle occasion de prendre parti sur le féminin du mot sculpteur. Le dictionnaire de la langue française nous donnant officiellement le choix entre "sculpteur", "femme sculpteur" ou "sculptrice", le débat est rouvert. Ce qui est sûr c’est qu’il s’agit ici d’un documentaire qui s’adresse d’abord aux admirateurs de la sculpteuse française Louise Bourgeois (prononcer "Lwiz Bouw’joua"). Ca ne vous empêche pas d’aimer Magritte ou Hockney, mais vous ne pourrez pas dire qu’avec un titre pareil, vous n’avez pas été prévenus.
Louise Bourgeois, l’Araignée, la Maîtresse et la Mandarine est donc un docu américain composé d’interviews réalisées entre 1993 et 2007. On y découvre un petit bout de femme, vieille et farouche, incroyablement déterminée, qu’elle intime à son grand fils barbu "ne m’appelle pas maman!" ou qu’elle promène son énergie inlassable ("je fais, je défais, je refais") dans un anglais aux forts accents de France, où elle clame sa gémellité avec Françoise Sagan.

Ce film retrace ainsi la vie d’une petite Française née en 1911, montée à New York juste avant la guerre (la deuxième), qui accèdera à la notoriété sur le tard, vers la soixantaine, à l’époque où toutes les femmes du monde protestent contre la dictature du phallutariat. C’est ainsi qu’en 1982, elle avait alors 71 ans, elle devint la première artiste à qui le Musée d’Art Moderne de New York consacra une retrospective.

Lors de la sortie du film, en 2008, la coréalisatrice new yorkaise, Amei Wallach, critique d’art réputée et auteur d’ouvrages sur Bourgeois, se félicitait en ces termes: "Nous avons filmé des rencontres intenses et parfois hilarantes dans son studio de Brooklyn et sa maison de Manhattan à partir de 93. Dans ces conversations, elle nous a confié les traumatismes de son enfance et convié au rituel par lequel ces souvenirs étaient transformés en objets et en installations. Nous avons filmé ses amis et son travail, ici et à l’étranger, jusqu’à l’automne 2007." Soit moins de 3 ans avant sa mort, presque centenaire, en 2010.
Elles sont donc deux à signer ce documentaire. La critique d’art Amei Wallach (rien à voir avec Eli) dont nous avons parlé au début, et la réalisatrice Marion Cajori qui, elle, n’a jamais vu son film puisqu’elle est morte d’un cancer en 2006, à 56 ans. Fille de 2 peintres new-yorkais, Marion Cajori était spécialisée dans les films sur les processus à l’oeuvre dans la création artistique et a ainsi signé deux autres portraits documentaires de peintres: l’un sur Joan Mitchell, l’autre sur Chuck Close.

Outre Louise Bourgeois, de nombreux artistes se sont ainsi retrouvés au cinéma sous forme de documentaires. Parmi les films les plus notables, on peut citer Le Mystère Picasso de Henri-Georges Clouzot en 56, avec cette séquence fameuse où on voit Picasso peindre, à travers une vitre, comme si nous étions nous-mêmes la toile sur laquelle il pose son pinceau. Recommandable également, un documentaire de Chris Hunt en 91, sobrement baptisé Roy Lichtenstein et consacré à l’artiste pop, oui, Roy Lichtenstein, qui a transformé la bd en art. Et pourquoi pas le documentaire fleuve de Ric Burns consacré à Andy Warhol en 2006 et baptisé Andy Warhol: A Documentary Film ?

Au rayon des films non documentaires, nous avons là aussi l’embarras du choix. Mais si vous avez besoin de conseils, pourquoi pas la réincanation de Jackson Pollock en Ed Harris dans le Pollock de Ed Harris en 2000, celle de Jean-Michel Basquiat pour Julian Schnabel en 96 avec David Bowie dans le rôle de Andy Warhol, et enfin le portrait pour la BBC de Francis Bacon en Derek Jacobi dans Love is the Devil, en 98.

Et bien sûr, au rayon insecte, il nous reste Le Baiser de la femme araignée, film d’Hector Babenco en 85, où William Hurt et Raul Julia goûtent aux geôles brésiliennes. Un film qui valut un oscar à William Hurt et avec la belle Sonia Braga dans le rôle métaphorique de la femme araignée.
A voir également
Affiche du film L ÉTRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MARLEY

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film KILL LIST

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LAUTREC

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés