Bande Annonce de MANIACDécouvrez la bande Annonce de MANIAC sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/4583/fond/4583_w_500.jpg
Franck Khalfoun
America OlivoElijah WoodLiane BalabanMorgane SlempNora ArnezederSammi RotibiJan Broberg FeltMegan DuffySal LandiAkbar KurthaBrian AmesBryan LugoDélé OgundiranJacqueline BudaJuan de La GarzaLuis Fernandez-GilRon Reznik

MANIAC

85 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Franck Khalfoun.

Casting : America Olivo, Elijah Wood, Liane Balaban, Morgane Slemp, Nora Arnezeder, Sammi Rotibi, Jan Broberg Felt, Megan Duffy, Sal Landi, Akbar Kurtha, Brian Ames, Bryan Lugo, Délé Ogundiran, Jacqueline Buda, Juan de La Garza, Luis Fernandez-Gil. Ron Reznik

Synopsis : Frank tient une boutique de mannequins. Un jour, il fait la connaissance d'une artiste qui lui demande un coup de main pour sa prochaine exposition. Pas clairvoyante pour un sou, la jeune femme est loin de se douter que cet individu à l'apparence si timide et inoffensive pratique la chasse aux scalps une fois la nuit tombée. Elle le découvrira à ses dépens.

Scénario : Alexandre Aja, C. A. Rosenberg, Grégory Levasseur.
Musique : Rob.
Pays : France
Tags : Policier / Suspense.

Film pas encore disponible

Si vous pensiez que scalper était l’apanage des Indiens Peaux-rouges, et bien détrompez vous. En effet, Frank, le timide héros du film Maniac dont il est ici question, s’adonne à ce sport avec une dextérité tout droit sortie du meilleur des westerns. Frank donc, outre son activité nocturne de chasseur de scalps, est le propriétaire d'une boutique de mannequins.

Sa vie prend un tournant inattendu quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l'aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille, allant jusqu’à exacerber cette pulsion qui le pousse à traquer pour tuer et puis scalper ses victimes.

Réalisé par Franck Khalfoun, l’auteur de 2ème sous sol et d’Engrenage fatal, Maniac se veut le remake du mythique film d’horreur du même nom, réalisé par William Lustig en 1980. Coécrit et coproduit par Alexandre Aja à qui l’on doit la réalisation de Piranha 3D, Haute tension ou encore Mirrors, le film compte dans sa distribution Elijah Wood, le Frodon Sacquet de la saga Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson, supposé opérer ici un virage significatif dans sa carrière en incarnant le serial killer Frank Zito. Peut-être pas tant que ça si l’on se souvient de sa prestation dans Sin City de Robert Rodriguez, Quentin Tarantino et Frank Miller. En fait, il y jouait déjà un tueur en série. Anna, l’objet de tous les désirs, est quant à elle interprétée par Nora Arnezeder, remarquée entre autres films, dans Faubourg 36 de Christophe Barratier, ainsi que dans Sécurité rapprochée de Daniel Espinosa. America Olivo, vue dans Transformers 2 : la Revanche de Michael Bay, ou encore dans Iron Man de Jon Favreau, joue ici le personnage d’Angela Zito, la mère du tueur. Maniac fut présenté en sélection officielle, hors compétition, au Festival de Cannes 2012.

Le réalisateur de Maniac, Franck Khalfoun s’est directement inspiré du film muet tourné par Robert Wiene en 1919, Le Cabinet du docteur Caligari. De toute évidence, dit Khalfoun, le personnage de Cesare dans cette œuvre, est un prédateur, tout comme Frank Zito. Mais le plus troublant, c’est à quel point Cesare et Frank se ressemblent. Alors que Frank et Anna sont au cinéma et qu’ils regardent Le Cabinet du docteur Caligari, ils remarquent une scène où Cesare sort un couteau et tranche le scalp de Jane pour la tuer, ce qui annonce étrangement le dénouement de notre propre histoire. Fin de citation.

Vous l’aurez peut-être remarqué, la bande originale de Maniac comporte un hommage en forme de clin d'œil au Silence des agneaux. Il s’agit de la scène où l’une des victimes de Frank lui fait écouter chez elle, sur disque vinyle, le morceau Goodbye horses, de Q Lazzarus, peu avant d'être sauvagement assassinée. Ce même morceau illustrait l’un des moments forts du film de Jonathan Demme.

Les prises de vue de Maniac se sont déroulées à Downtown, Los Angeles. Cette partie de la ville offre une multitude d’architectures aussi bien modernes que plus anciennes. Le réalisateur Franck Khalfoun explique son choix de par le fait que ce contraste architectural incarnait bien l’état d’esprit du tueur, soit un jeune homme qui vit dans le passé. De même que la plupart des lieux que l’on peut voir dans le film sont délibérément déserts, à l’image de l’existence de Frank. Et puis afin de renforcer le malaise du spectateur, et vous l’aurez certainement noté, Franck Khalfoun a filmé en caméra subjective, plaçant ainsi son public dans la peau du tueur en série. Le cinéaste précise à ce propos, qu’il était important de proposer une relecture inventive et novatrice du film de 1980, et qu’il a donc été décidé de raconter l’histoire entièrement du point de vue du tueur. Autre différence sensible par rapport au Maniac de William Lustig, le petit gabarit de l’acteur Elijah Wood par comparaison avec celui, imposant, de Joe Spinell qui incarnait le tueur dans la version initiale. Un parti pris souhaité par le coscénariste et coproducteur du film, Alexandre Aja, afin d’accentuer le contraste entre le physique fragile et attendrissant de Frank et ses actes d’une extrême violence.

Quand un remake respecte grand-papa, ça va tout de suite mieux

Comme tout bon Mad Movien qui se respecte, je garde un souvenir ému, quoique ancien, du film de Lustig (1). Pour être tout à fait honnête, je devrais d'ailleurs plutôt parler de sensation que de souvenir, n'ayant pas revu ce film depuis une bonne vingtaine d'années. Toujours ...

Lire la suite
7
takeshi29

Remake me smile !

Frank, tueur en série de son état, scalpe ses victimes, pour les garder un peu près de lui, comme un souvenir. Il mène sa vie solitaire jusqu’au jour où Anna, photographe, s’intéresse à ses mannequins chéris, qu’il restaure dans la boutique familiale … Maniac a ...

Lire la suite
8
KillerPanda

Dans la tête du tueur.

Monument du shocker et pur produit d'une époque dégueulasse, doublé du portrait aussi dérangeant que touchant d'un psychotique asexué traumatisé par l'image de sa mère, le "Maniac" de William Lustig n'appelait aucune révision, se coulant de plus très mal avec notre époque ...

Lire la suite
8
Gand-Alf
le contexte
A voir également
Affiche du film HAPPY FEET

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE HOBBIT : UN VOYAGE INATTENDU

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MENSONGES D ETAT

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés