METALLICA THROUGH THE NEVER

Bientôt disponible
C'est un film rock n'roll même pour ceux qui n'aiment pas ça.
Comédie - 2013 - Etats-Unis - 93 MIN - Tous publics
En plein concert filmé de Metallica, Trip, un jeune roadie est envoyé pour aller récupérer un sac en cuir contenant un mystérieux objet très important pour le groupe. La tâche, à priori simple, va se transformer en véritable aventure quand la camionnette du jeune est renversé dans un accident de voiture. Alors qu'il parvient à s'extirper du véhicule, le jeune homme se retrouve en...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Perrine Quennesson
Perrine Quennesson
CHRONIQUEUR

Si les mots Enter Sandman, Whiskey in the jar ou encore The Unforgiven prennent sens dans votre tête, c’est que ce film est fait pour vous. Si ce n’est pas le cas, ce film est également fait pour vous, à moins vraiment d’être allergique au rock. Car si les concerts filmés se comptent par milliers et que certains parviennent à faire le chemin jusque dans les salles de ciné, rares sont ceux qui prennent le risque de Metallica, through the never.

 

Quand Martin Scorsese fait Shine a light, il surfe autant sur sa popularité que celle des Rolling Stones qu’il filme et des chefs opérateurs auxquels il a fait appel pour offrir quelque chose de beau mais qui n’est finalement qu’un concert filmé. Quand Justin Bieber sort Believe, il ne s’agit juste que d’un clip géant entrecoupé de scènes dites de vie de la jeune star. Mais Through the never, lui, ose mêler concert et fiction.

 

Le résultat obtenu par Nimrod Antal en devient ainsi étonnant : combinant l’énergie des shows du groupe mythique à un récit apocalyptique sur les déboires d’un roadie coincé dans des émeutes, il évoque ainsi la puissance subversive du groupe mais fait également le lien entre musique et images questionnant sans cesse l’un et l’autre.

 

Réalisé par

6.2 / 10
Le contexte

Le contexte du soulèvement populaire, de la guerre urbaine.

Nimrod Antal

Le groupe de métal dans un autre contexte apocalyptique : sa propre implosion.

CHRONICLE DE JOSH TRANK