SCHLOCK

Parce que pour son premier film, John "BluesBrothers"Landis s'octroyait le rôle titre
Comédie - 1973 - Etats-Unis d'Amérique - 79 MIN - VO - Tous publics
Une petite ville de Californie est plongée dans la peur par une série de meurtres. Après des centaines de morts en quelques semaines, on apprend que le dangereux criminel est en réalité un gorille âgé de plusieurs millions d'années qui vient de se réveiller après un séjour prolongé dans la glace. Lequel tombe amoureux d'une jeune aveugle qui le prend pour un chien !
5.3 / 10
5.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

En 1971, un certain John Landis, cinéphile dingo âgé de 21 ans, réunit 70 000 dollars dont la moitié est collectée auprès de sa famille et de ses proches pour réaliser un premier long métrage au titre intrigant : Schlock. Lhistoire d'un gorille agé de 20 millions d'années nommé le « Schlockotropus » (d'où son diminutif « Schlock ») , qui, censé être le chainon manquant entre le singe et l'homme, sème la panique dans une petite ville des Etats Unis.

Un film diretement inspiré de Trog de Freddie Francis, série Z  tourné l'année précédente (avec Joan Crawford dans sa dernière apparition sur un grand écran) et dans lequel un être mi-homme mi-singe déclenche aussi quelques dégats  humains. Trog ayant provoqué beaucoup de rires involontaires lors de ses diverses projections, cela donne l'idée à Landis d'en faire une parodie poussée aux gags et aux séquences volontairement kitchs à base de gunfights ridicules, de concours de cadavres et de dégustation de bananes. Bref, un hymne totale à l'immaturité qui deviendra une des principales marques de fabrique de Landis dans ses films à venir.

Si l'influence initiale de Schlock reste Trog, on peut deviner aussi au détour de quelques séquences parodiques, des hommages dégénérés à d'autre films découverts par Landis durant son plus jeune age. De King Kong à Frankenstein (voir la séquence avec la petite fille), en passant par 2001, L'Oyssée de l'espace et le cinéma de Luis Bunuel. Une comédie volontairement foutraque donc, que Landis vendra judicieusement ainsi :Vous allez voir Schlock et j'en suis désolé !  

Réalisé par

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

John Landis

Un être humain devenu un monstre radioactif terrorise une petite ville. Le film le plus connu de la "Troma", petite boite de production spécialisée dans les comédies trashes et gores.

John Landis

Un hommage très drôle aux grands classiques du cinéma fantastique américain des années 30/40. Le meilleur film de Mel Brooks.

DARKMAN