THAT'S LIFE (C'EST LA VIE)

Bientôt disponible
Pour le film familial par excellence où chacun fait tourner sa femme ou ses enfants
Comédie - 1987 - Etats-Unis - 105 MIN - Tous publics

Harvey Fairchild est un architecte qui souffre d'une grosse dépression. L'approche de la soixantaine le fait somatiser. Sa femme, une chanteuse, attend les résultats d'une biopsie et son état de santé est inquiétant. Mais, se considérant comme le pilier de la famille, elle fait face dignement à l'adversité et organise une fête pour les soixante ans de son mari, fête à laquel...

Réalisé par

6.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Nicolas Rioult
Nicolas Rioult
CHRONIQUEUR

That’s life, autrement dit, c’est la vie. Cette maxime pourrait parapher quasiment toutes les œuvres du génial Blake Edwards, décédé en 2010. Ses comédies tournent toujours autour de personnages souvent brillants mais qui cherchent un sens à leur vie. Cette quête va leur faire commettre de nombreuses bêtises. Le voyage est toujours plein de désillusions, et le comique naît de cet écart entre le fantasme et sa réalisation souvent triviale. Mais il y a une sorte de résignation apaisée devant l’absurdité du monde tel qu’il va. Quand bien même n’aurait-elle aucun sens, « c’est la vie ».

La décennie 70 a été douloureuse pour Blake Edwards. Le cinéaste enchaîne les échecs et les projets avortés, et il doit décliner à outrance sa célèbre série de La Panthère rose. Les années 70 se termineront sous de meilleures auspices puisqu’en 1979, il réalise ce qui restera un de ses plus gros succès, Elle alias 10 en anglais. Ce succès lui permet de réaliser une série de films très réussis consacrés aux rapports amoureux entre hommes et femmes. That’s life est peut-être le chef d’œuvre de cette période, Blake Edwards étant au sommet de son Art. C’est aussi son film le plus émouvant, sans doute parce qu’il traite pour la première fois de la vieillesse, plus précisément, de la vieillesse au sein du couple.

Harvey va célébrer son soixantième anniversaire. Mais il est en dépression. Le week-end va être éprouvant pour le futur sexagénaire, devant gérer sa maladie, sa femme qui attend angoissée les résultats d'une biopsie, et ses enfants de passage. Les héros des films de Blake Edwards ont souvent été des alter ego du cinéaste, et c’est encore une fois le cas ici, avec pour l’incarner à l’écran, Jack Lemmon. Egocentrique et hypocondriaque, on ne peut pas dire qu’Edwards soit tendre avec lui-même. Mais comme toujours, le mélange d’humour et de tendresse, fait de ses films des œuvres magnifiques sur la condition humaine, ou les choses graves se disent avec humour, la politesse du désespoir comme il est coutume de dire.

Le contexte

Un futur sexagénaire divorcé (Dustin Hoffman) part à Londres assister au mariage de sa fille. Il fait la connaissance d’une Anglaise esseulée (Emma Thompson). Une comédie romantique incarnée par des personnages qui ont déjà eu le temps de vivre une vie complète. L’amour n’a pas d’âge.

Blake Edwards

Une mère et sa fille recherchent l’amour. James L. Brooks est l’autre grand maître avec Blake Edwards de la comédie existentielle.

MACARONI

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS