THE MESSENGER

À partir de 8.99 €
Parce qu'en dépit de ce que l'on aurait imaginé, le film a été soutenu par l'armée US
Drame - 2012 - Etats-Unis - 113 MIN - VM - Tous publics
Will Montgomery, jeune officier de l'armée américaine revient d'Irak, sérieusement ébranlé par son expérience sur le front. Il a séjourné dans plusieurs hôpitaux, mais ses blessures ne sont pas seulement physiques. Il est aussi fragilisé sur les plans psychologique et émotionnel et il se rend compte que sa petite amie a changé elle aussi. Will  se voit alors chargé d'une très...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Jacques Lévy
Jacques Lévy
CHRONIQUEUR

The Messenger nous fait accompagner deux militaires chargés de notifier aux conjoints ou aux parents la mort en Irak de leur compagnon ou de leur enfant. Ces deux soldats confrontés en permanence à la douleur et au stress sont incarnés par Woody Harrelson, l’interprète de Tueurs nés et de Larry Flynt et par Ben Foster, vu dans Otage et dans Le flingueur.

Monter ce film financièrement a été très compliqué, explique son producteur Lawrence Inglee, car les films sur la guerre ne marchent pas au box office. "Mais nous avions une arme secrète : un scénario exceptionnel."

Côté mise en scène, Ben Affleck, Sydney Pollack et Roger Michell, le réalisateur de Coup de foudre à Notting Hill ont successivement travaillé sur le film avant que les producteurs ne demandent à Oren Moverman, l’un des deux scénaristes, de se charger de la réalisation. Une excellente décision puisque The Messenger a reçu un bel accueil et glané de nombreux prix, dont l’Ours d’argent à Berlin et  le Grand Prix Spécial du Festival de Deauville. Il a même été nommé à l’Oscar du scénario.

Réalisé par

6.5 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Woody Harrelson

Un drame sur la situation des vétérans à leur retour de la guerre.

Oren Moverman

Un autre film américain évoquant la guerre d'Irak et son impact sur les militaires mais aussi les civils aux Etats-Unis.

LARRY FLYNT