UNE ÉTOILE EST NÉE

1937
107 mn
Ce film n’est plus disponible

1937
107 mn
Parce que la première version de Wellman comporte plein de clins d'œil au vrai Hollywood de l'époque
Elevée à la campagne, Esther Blodgett rêve de percer à Hollywood. Alors qu'elle est serveuse dans une réception elle croise le regard de l'acteur Norman Maine, qui l'introduit dans le monde du septième art...
Ce film n’est plus disponible
Drame
Etats-Unis
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Certaines histoires sont si bonnes qu'elles n'en finissent plus d'être racontées. Celle d'Une étoile est née a traversé les décennies hollywoodiennes en devenant l'objet de trois remakes, tous descendants du film originel signé William Wellman en 1937.

N'en déplaise à un panthéon qui a plutôt ouvert ses portes à la seconde version, celle de George Cukor avec Judy Garland et James Mason, le récit de la relation tumultueuse entre une aspirante actrice issue d'un milieu modeste et une star confirmée qui va la prendre sous son aile est bel et bien né avec cette pierre angulaire du mélo américain, donnant littéralement des couleurs au genre en étant un des premiers tournés en Technicolor.

Flamboyant par son penchant pour le romantisme et le tragique, Une étoile est née reste aussi une date marquante dans la carrière de son réalisateur, William Wellman, en lui permettant de mettre plus clairement en avant son goût pour les études psychologiques réalistes qui traversaient ses films précédents. Plongée dans les coulisses du cinéma, Une étoile est née étant le projet idéal pour cela : Wellman, réalisateur vétéran, comme David O.Selznick, producteur mogul, connaissant donc tous deux parfaitement ce milieu, étaient très à même de dissiper l'écran de fumée qu'est la célébrité pour raconter un redoutable envers du décor.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver UNE ÉTOILE EST NÉE ( CUKOR) (La deuxième version d'Une étoile est née.) ou encore LA JOYEUSE SUICIDÉE (Un autre regard sur le couple, cette fois-ci sous forme de screwball comedy, toujours par William Wellman).