IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST (VERSION RESTAURÉE)

Disponible dans le Pass Illimité
Parce que si le film de Leone a triomphé en Europe, il fut pourtant mal reçu aux Etats Unis
Guerre / Western - 1968 - Italie|Etats-Unis d'Amérique - 159 MIN - VM - Tous publics
Trois hors-la-loi attaquent un inconnu, surnommé «Hombre», dans une gare perdue de l'Ouest. L'homme réussit à les tuer avant de jouer un air sur son harmonica. Pendant ce temps, sur ordre de l'ignoble Frank, d'autres tueurs abattent le fermier McBain et ses trois enfants, afin de s'approprier leurs terres...

Réalisé par

8.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Par quel bout prendre Il était une fois dans l’Ouest ? Véritablement une balise dans l’Histoire du cinéma, tant par son ambition que par son impact, y compris en dehors du cercle des amateurs de cinéma. Le film a été tourné en 1968, et il est sorti dans la plupart des pays l’année suivante. 1969 ne s’est donc pas contenté d’être une année érotique, comme l’a fait remarquer Gainsbourg, c’est aussi l’année où  le cinéma de Sergio Leone s’est fondu en nous.

Il faut dire que le film a connu un succès foudroyant, en dehors des Etats-Unis s’entend, les Américains ayant sans doute vu d’un mauvais œil qu’un réalisateur italien vienne leur chercher querelle avec leurs propres armes, celles du western. Mais en Europe, quel carton ! Le film a attiré 9 millions de spectateurs en Italie, 14 en Allemagne, 15 en France. A l’échelle de notre box-office, c’est assurément l’un des plus gros succès de tous les temps, c’est en tous cas le western number one. L’espace de quelques mois, la musique d’Ennio Morricone était sur toutes les lèvres, et les jeunes ne juraient que par les cache-poussière que le film avait immortalisés.

Sans doute le film avait-il bénéficié d’une mise en scène d’un baroque ostensible, qui lui conférait une aura qu’aucun autre western ne pouvait lui disputer. L’étirement peu commun du temps, l’attention maniaque portée à un détail qui serait passé inaperçu dans un autre contexte, l’utilisation presque systématique d’une grande profondeur de champ, rien n’était laissé au hasard. Les premières séquences donnent d’ailleurs le la de façon magistrale. Alors que trois tueurs attendent l’arrivée d’un train, Leone se complaît à les filmer sous toutes les coutures, essayant d’attraper une mouche, regardant couler une goutte d’eau, écoutant les chuintements d’une éolienne. On aura rarement retenu le temps comme cela…

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Henry Fonda

La conquête de l'Ouest via le chemin de fer est au coeur du sujet

Sergio Leone

Charles Bronson est là aussi un homme solitaire qui savoure sa vengeance

VERS SA DESTINÉE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité