LIFE DURING WARTIME

Bientôt disponible
Comédie - 2010 - Etats-Unis - 98 MIN - Tous publics
Les trois sœurs Jordan sont toujours dans la tourmente. Joy fuit son mari pervers pour chercher du réconfort auprès de  sa famille. Sa sœur Trish tente de se reconstruire alors que Bill son mari psychanalyste emprisonné pour viol pédophile s’apprête à être libéré de prison. Ses relations avec son deuxième fils Timmy qui entre en adolescence ne sont pas toujours faciles. Mais elle a rencontré Harvey, un divorcé bientôt en retraite, avec qui elle espère refaire sa vie. Helen la troisième sœur se voit comme une victime de sa famille et de son succès à Hollywood. Leur mère Mona ne peut s’empêcher de détester les hommes.

Réalisé par

5.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Onze après son film Happiness, Todd Solondz reprend en 2009 l’histoire des trois sœurs Jordan dans Life During Wartime. Pour autant cette suite n’en est pas vraiment une. La première scène est une sorte de remake de la séquence d’ouverture de Happiness. Certains personnages ont plus vieilli que d’autres. Surtout aucun des interprètes du premier film n’a été conservé. « L’idée que les personnages puissent devenir complètement différents après un événement traumatisant est intéressante » a remarqué une des interprètes. Mais pour le cinéaste, ce changement complet du casting est moins rationnel. « C’était plus drôle et intéressant de cette façon. »  Ce choix n’est pas sans rappeler l’autre idée de casting tout aussi radicale qu’avait imposé Solondz pour son précédent film Palindromes en 2004 : faire jouer le personnage principal par une dizaine d’interprètes différents au cours du film, allant même jusqu’à prendre des personnes de sexe et de couleur de peau différents.

Le titre du film Life during Wartime reprend le titre d’une chanson des Talking Heads. Mais pour Solondz, il vient surtout dire que ce qui a changé depuis Happiness, c’est que l’Amérique est entrée en guerre. « Même si la guerre se passe aussi à l’intérieur de chaque personnage, explique le cinéaste, à l’arrière plan il y a le conflit du Moyen-Orient. » Néanmoins ce conflit est très peu évoqué à l’image et dans les dialogues. Le cinéaste raconte qu’il n’avait pas envie de donner trop d’explications sur la question au public qui saura bien lui-même « remplir les trous ». A la Mostra de Venise en 2009, Life during Wartime a remporté le Prix du scénario.
Le contexte

Todd Solondz

A SERIOUS MAN

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS