LA VOUIVRE

Bientôt disponible
Parce que le film est le seul qu'ait réalisé Georges Wilson (qui dirige ici son fils Lambert).
Fantastique / Horreur - 1989 - France - 90 MIN - Tous publics
1919. Arsène Muselier, un jeune paysan porté disparu à la guerre, revient au village et retrouve la ferme que dirige sa mère. Bientôt le village est en émoi : on a aperçu « la Vouivre », la mystérieuse créature des eaux qui, serait revenue avec son diamant pour tenter les hommes. Arsène va lui-même rencontrer cette femme étrange...

Réalisé par

5.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Jacques Lévy
Jacques Lévy
CHRONIQUEUR

Le cinéma a bien perçu la force des romans et nouvelles de Marcel Aymé : du Passe-muraille à Uranus en passant par La Traversée de Paris, les adaptations sont nombreuses. Dans La Vouivre, paru en 1943, le romancier raconte le retour d'un poilu dans son village, au lendemain de la première guerre mondiale, et introduit dans cette chronique sociale une touche de fantastique avec le personnage de la vouivre, une mystérieuse séductrice, entièrement  nue, qui commande aux serpents.

C'est cette histoire qu'a choisie Georges Wilson pour son unique réalisation destinée au grand écran.  Le metteur en scène de théâtre et comédien a été attiré  par des thèmes fondamentaux proches de lui : l'enfance, la campagne, les femmes. Il voyait dans La Vouivre  « un roman typiquement français, avec des clins d'œil ... On s'y moque de soi-même. Aymé a bien compris la France profonde car il porte une grande tendresse à la paysannerie. »

Le réalisateur fait ainsi revivre un village de 1919 à la fois traversé de haines recuites et encore traumatisé par la guerre. Il a confié le rôle principal masculin à son fils, Lambert Wilson, alors aux débuts de sa carrière, et l'a entouré de valeurs très sûres comme Suzanne Flon, Jean Carmet, en fossoyeur porté sur la bouteille, ou encore Jacques Dufilho.

Contexte

Lambert Wilson

Une autre adaptation d'un roman de Marcel Aymé en forme de chronique paysanne féroce

Georges Wilson

Un même thème : le difficile retour à la vie des poilus après la guerre de 1914-1918

HIVER 54, L'ABBÉ PIERRE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité