LE FIDÈLE

2017
125 mn
Parce que pour la 3ème fois consécutive, Michaël Roskam dirigeait son acteur fétiche Matthias Schoenaerts
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Entre Gino et Bénédicte, c’est la passion. Ils s'embrassent, ils s'embrasent. Puis apprennent à se connaître. Bénédicte est coureur automobile. Gino est plus discret quant à ses activités. Ce qui est compréhensible: il est braqueur. Ce qui le conduit à disparaître régulièrement pendant plusieurs jours quand il rejoint son gang. Quand Bénédicte se rend compte du péril où Gino...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Policier / Suspense
France | Belgique | France
- 10 ans
VF - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
bonus
Les + de filmo

Le Fidèle raconte l’histoire d’amour inattendue, passionnelle et tragique d’un braqueur et d’une femme coureur automobile. D’entrée de jeu, on comprend que nous n’allons pas rester dans le domaine du réalisme et que l’ambition du réalisateur est de nous faire tutoyer les dieux. Parce que lui risque à tout moment de se retrouver en taule ou avec une balle dans la peau. Alors qu’elle n’est pas à l’abri de rater un virage… Mais sans doute le côté fusionnel du couple est-il la contrepartie de la fragilité de son destin…

Ce qui fait le prix du film, c’est paradoxalement d’être bancal. Le Fidèle n’est ni totalement une histoire d’amour, ni vraiment un polar. Ce qui ne l’empêche pas de créer de l’émotion. Nous croyons dur comme fer au couple formé par Matthias Schoenaerts et Adèle Exarchopoulos, qui l’un et l’autre ont su de tous temps et à travers leurs différents personnages faire passer un certain trouble à travers leurs débordements charnels. Ce qui n’empêche pas le film de nous offrir quelques belles scènes d’action : l’attaque du fourgon blindé sur l’autoroute restera dans les annales.

Romantique jusqu’au bout de chacun de ses plans, Le Fidèle n’est pas de ces films tièdes qui fédèrent tous les publics : il est long, et certaines scènes peuvent gêner les esprits frileux. Mais il fait preuve d’une énergie qui ne pourra qu’enflammer les autres. En ce sens il est à la fois en parfaite adéquation avec la personnalité de son auteur, Michael Roskam, que son premier film, Bullhead, avait en son temps immédiatement propulsé sur le devant de la scène. Et aussi avec la noirceur qui prévaut dans un certain cinéma flamand, qui outre Roskam a révélé un Felix Van Groeningen, signataire du superbe Alabama Monroe, ou un Robin Pront, auteur du très crépusculaire Les Ardennes.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver TUEURS (Il met également en scène des braqueurs en Belgique) ou encore L'ULTIME RAZZIA (Il mêle également sport et banditisme).

FilmoTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné