LE GARçON ET LA BêTE

2016
119 mn
Ce long métrage d'animation allie beauté graphique et richesse émotionnelle.
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes... C'est l'histoire d'un garçon solitaire et d'une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d'une aventure qui dépasse l'imaginaire...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Jeunesse
Japon
Tous publics
VM - HD

Réalisé par

Avec

    1 min avant
    2 min après
    Les avis sens critique
    Les + de filmo

    Vraie réussite que ce film d’animation signé Mamoru Hosoda, à qui l’on doit aussi Les Enfants Loups. Ce brillant réalisateur japonais est l’auteur de l’histoire de ce nouveau long métrage : celle d’un jeune garçon solitaire qui passe sans le vouloir dans Jutengai, le monde des Bêtes. Il y fait la rencontre de Kumatetsu, un ours impressionnant qui lui propose de devenir son disciple sous le nom de Kyuta. Un sacré changement de vie pour le garçon, comme pour la bête…

    Ce n’est pas par hasard que Mamoru Hosoda a choisi de représenter Kumatetsu sous les traits d’un ours : dans un conte connu par tous les enfants au Japon, explique le réalisateur, « l’ours est un symbole de l’initiation à la vie, et de l’évolution d’un garçon qui grandit pour devenir un homme ». Autre inspiration pour ce film : la légende chinoise du Roi Singe, qui lui a donné l’idée de créer les amis et compagnons de voyage de Kumatetsu. Mamoru Hosoda raconte enfin avoir été profondément marqué par la version Disney de La Belle et la Bête, qui lui a donné envie de découvrir la version de Jean Cocteau : une double influence clairement revendiquée, dit-il, dans le titre Le Garçon et la Bête !

    La maîtrise technique, la richesse thématique et l’émotion du film en font un long métrage susceptible de plaire autant aux enfants qu’aux adolescents et aux adultes. Le Garçon et la Bête insiste d’ailleurs sur la réciprocité de l’apprentissage entre maître et disciple, que l’on peut appliquer à l’enrichissement mutuel que s’apportent parents et enfants.

     
    Dans le même genre vous pouvez trouver LA BELLE ET LA BÊTE (Mamoru Hosoda rend hommage aux films de Jean Cocteau et de Disney dans le titre de son long métrage.) ou encore LES ENFANTS LOUPS, AME et YUKI (Il est lui aussi en partie inspiré de la vie personnelle de Mamoru Hosoda.).

    FilmoTV vous recommande

    Même réal

    Même casting

    Pas si éloigné