ÇA MARCHE !?

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Déterminée à faire son film, Camille de Casabianca a envoyé plusieurs projets aux responsables d'En Marche ! et a fini par obtenir un autorisation de filmer en toute liberté sans droit de regard
Documentaire - 2019 - France - 91 MIN - VF - HD - Tous publics
Les militants En marche font du porte-à-porte pour sentir l'opinion au moment de la campagne des Européennes. Ils rencontrent souvent de l'hostilité vis-à-vis de leur parti et des institutions. Le mouvement peine à convaincre et se heurte au scepticisme renforcé par le mouvement des Gilets jaunes...
5.8 / 10
5.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Jacques Lévy
Jacques Lévy
CHRONIQUEUR

Comment ça marche En Marche ? Telle est question qui traverse ce documentaire tourné par Camille de Casabianca en 2018. Caméra à l’épaule, la réalisatrice suit des militants et des représentants du parti alors que débute la campagne des élections européennes et lorsque survient la crise des gilets jaunes.

En 2009, Camille de Casablanca s’était déjà penchée sur le monde politique avec C’est parti, dans lequel elle témoignait de la transformation de La Ligue Communiste Révolutionnaire en Nouveau Parti Anticapitaliste. Avant de faire du cinéma, elle a en effet suivi un cursus en Affaires Publiques à Sciences Po et même préparé le concours d’entrée à l’ENA. « L’intérêt général me reste chevillé au corps », déclare-t-elle.

Après avoir obtenu l’autorisation de filmer en toute liberté, la réalisatrice a choisi de tourner dans toute la France. Elle explique d’ailleurs qu’elle a l’impression que Ça marche !? porte « davantage sur un mouvement de fond de la société française que sur un parti politique. »

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Un documentaire de Camille de Casabianca sur la transformation de La Ligue Communiste Révolutionnaire en Nouveau Parti Anticapitaliste

Camille de Casabianca

La campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 suivie par Raymond Depardon