Carnets de voyage

À partir de 9.99 €
Parce que le vrai Alberto Granado apparaît bien à la fin du film
Aventure / Action - 2004 - Argentine | Etats-Unis - 120 MIN - VM - Tous publics

Le 4 janvier 1952, deux jeunes Argentins, Alberto Granado et Ernesto Guevara, partent en moto – baptisée la Vigoureuse – à la découverte du continent sud-américain. Quittant l’Argentine pour la Patagonie, ils traverseront le Chili, le Pérou et remonteront jusqu’au Venezuela. Au total, durant huit mois, ils parcourront plus de 12.000 km, confrontant leur expérience de jeunes bourgeois de Buenos Aires aux réalités sociales et politiques des pays qu’ils traverseront.

Réalisé par

7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique

Le 4 janvier 1952, deux jeunes hommes prénommés Alberto et Ernesto quittent leur douillette existence de fils de familles des beaux quartiers de Buenos Aires pour entamer un long périple dans le but de découvrir en profondeur le continent latino-américain, ce continent qui est le leur mais qu’ils ne connaissent que par les livres. Quittant l’Argentine pour la Patagonie, ils traverseront le Chili, le Pérou et remonteront jusqu’au Venezuela. Ils découvriront ainsi de magnifiques paysages mais, aussi, petit à petit, la terrible pauvreté de ceux qui y vivent et les multiples injustices dont ils sont les victimes.

Voilà comment naîtra la conscience politique d’Alberto Granado, futur fondateur de l’école de médecine de Cuba, et d’Ernesto Guevara, dit « le Che », futur révolutionnaire marxiste, futur exportateur – à ses risques et périls – de la révolution cubaine et futur fond de commerce des marchands de posters. Cette virée initiatique de plus de huit mois et 12.000 km, ils la racontèrent, l’un et l’autre, dans deux récits, dont le cinéaste brésilien Walter Salles s’inspira pour Carnets de Voyage.

Dans le rôle d’Alberto, l’étudiant en biochimie, Walter Salles engagea l’Argentin Rodrigo De la Serna qui remporta, à cette occasion, plusieurs récompenses, dont l’argentin Condor d’argent du meilleur acteur, et, dans le rôle d’Ernesto, le Mexicain Gael Garcia Bernal qui devait, la même année, rencontrer Pedro Almodovar pour la Mauvaise éducation.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Parce que les deux héros de Walter Salles se comparent aux deux héros de Cervantes, Don Quichotte et Sancho Pança.

Walter Salles

Autre voyage initiatique, celui de deux jeunes femmes décidées à traverser l’Equateur au cours d’un périple exceptionnel.

LA MAUVAISE ÉDUCATION (2004)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité