JUST KIDS

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Christophe Blanc, dans un récit proche de l'autobiographie, dirige avec maestria son jeune casting, Kacey Mottet-Klein en tête
Drame - 2020 - Suisse|France - 104 MIN - VF - HD - Tous publics
Quand le père de Jack, Lisa et Mathis décède, il laisse des dettes et sans donner d'explications. Ce sont celles-ci que va longtemps chercher son fils aîné, jeune adulte, Jack. Depuis la mort de leur mère il y a quatre ans, les deux frères vivaient à Grenoble avec leur père et souhaitent rester ensemble. La troisième de la fratrie, Lisa vit déjà ailleurs...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

C’est l’histoire de trois orphelins : Jack, 19 ans, Lisa, 17 ans et Mathis, 10 ans. Chacun réagit à sa façon à cette catastrophe familiale. Lisa prend ses distances, l’aîné se voit confier la garde de son petit frère. Une nouvelle vie commence alors. Mais comment être responsable d’un enfant quand on sort à peine soi-même de l’adolescence ? Et comment se construire un avenir quand le passé devient une obsession dangereuse ? Telle sont les questions qui traversent Just kids écrit et réalisé par Christophe Blanc avec, pour le scénario, la collaboration de Béryl Paillard.  

Après Une femme d’extérieur avec Agnès Jaoui dans le rôle principal  et Blanc comme neige avec François Cluzet, Olivier Gourmet, Louise Bourgoin, Bouli Lanners et Jonathan Zaccaï, Christophe Blanc, remarqué dès ses premiers courts métrages, signe avec Just kids son troisième long avec Kacey Mottet-Klein dans le rôle de Jack, ce jeune homme qui se retrouve propulsé chef de famille du jour au lendemain. Depuis son premier rôle dans Home d’Ursula Meier en 2008, ce jeune acteur suisse enchaîne les films sous la direction d’Anne Fontaine, Guillaume Senez,  André Téchiné, Marc Dugain, Joachim Lafosse, entre autres.  

A l’origine de Just kids, il y a la propre vie du cinéaste Christophe Blanc qui très tôt a été confronté à la perte brutale et violente d’un père énigmatique : « un point aveugle obsédant », selon les propres termes de Christophe Blanc. Il faudra à ce dernier plusieurs années pour réussir à transposer dans un scénario ce deuil particulièrement douloureux. Ainsi est né le film que vous allez voir. 

Réalisé par

5.6 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Kacey Motet-Klein

Les jeunes héros du film du Japonais Hirokazu Kore-eda se retrouvent, comme ceux de Christophe Blanc, livrés à eux-mêmes.

Christophe Blanc

Cette trilogie signée Lucas Delvaux se déroule intégralement à Grenoble et comme dans le film de Christophe Blanc cette ville devient un personnage à part entière.

QUAND ON A  17 ANS