LA CHUTE DE LA MAISON BLANCHE

À partir de 2.99 €
Hollywood n'aime rien tant que de se faire peur pour déjouer les démons d'une super puissance mondiale que certains rêvent d'anéantir : tout semble possible dans cette fiction hallucinée !
Policier / Suspense - 2013 - Etats-Unis - 115 MIN - VM - Tous publics
Mike Banning, ancien garde du corps di Président des Etats-Unis Benjamin Asher, se retrouve à travailler derrière un bureau, après avoir tenu pour responsable de la mort accidentelle de Margaret, l'épouse du Président. Lorsqu'un commando nord-coréen attaque la Maison Blanche, Mike Banning est le seul à pouvoir sauver le Président et son fils et enfin prouver sa loyauté.

Réalisé par

5.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

La Maison Blanche a de tous temps inspiré les scénaristes hollywoodiens et comment s’en étonner ? La résidence présidentielle américaine met manifestement en verve les raconteurs d’histoire à l’image d’Antoine Fuqua qui, avec La Chute de la Maison Blanche, met en scène ni plus ni moins que la prise en otages du président américain et de son fils par un commandant nord-coréen. A charge pour l’un de ses anciens gardes du corps, tenu pour responsable de la mort accidentelle de la Première Dame deux ans auparavant, de sauver le chef de l’Etat…  « Une histoire à fort potentiel », comme l’a dit Antoine Fuqua déjà connu pour ses films pour le moins musclés, comme Training dayLes Larmes du soleil ou bien encore L’Elite de Brooklyn.

Le titre original américain qui pourrait se traduire par « On a détruit l’Olympe » fait explicitement référence à l’une des situations clés du film. Et c’est elle qui a convaincu Antoine Fuqua quand il a été contacté par ses futurs producteurs. « Ce titre, raconte-t-il, m’a fait penser à l’Empire romain et à la mythologie. Le Mont Olympe est la demeure traditionnelle des dieux grecs et romains. C’est un symbole de pouvoir absolu. Dans mon film, la Maison blanche s’écroule d’une manière hallucinante. Cela résonne très fort en moi. L’Empire romain d’hier, ce sont les Etats-Unis d’aujourd’hui et ses monuments les plus prestigieux s’effondrent. ».

C’est en fait l’acteur Gérard Butler qui, incarnant par ailleurs le rôle principal, a produit le film dont il a jugé l’histoire parfaitement crédible. « Lorsque j’étais môme, explique-t-il, les méchants, c’était toujours les Russes. Pour une histoire contemporaine, l’hypothèse coréenne est terrifiante. Après ce qui est arrivé à l’Ambassade des Etats-Unis en Lybie, nous pouvons constater à quel point nous sommes vulnérables à tout moment. La perspective des Nord-Coréens investissant les armes à la main la Maison Blanche était tout à fait captivante. »

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Gerard Butler

Le président des Etats-Unis est attaqué, mais il sait se défendre !

Antoine Fuqua

Dans les deux films une action terroriste avec prise d'otages s'attaque à la puissance américaine.

ENNEMIS JURÉS

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité