Bande Annonce de Le grand sommeilDécouvrez la bande Annonce de Le grand sommeil sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/558/fond/558_w_500.jpg
Howard Hawks
Humphrey BogartLauren BacallMartha VickersCharles WaldronDorothy MaloneElisha Cook JrJohn RidgelyLouis Jean HeydtMax BarwynPeggy KnudsenRegis ToomeyTrevor Bardette

Le grand sommeil

114 mn

Note de SensCritique :

7.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Howard Hawks.

Casting : Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Martha Vickers, Charles Waldron, Dorothy Malone, Elisha Cook Jr, John Ridgely, Louis Jean Heydt, Max Barwyn, Peggy Knudsen, Regis Toomey. Trevor Bardette

Synopsis : Le détective privé Philip Marlowe est engagé par le général Sternwood dont la deuxième fille, Carmen, est menacée par un maître chanteur. Tandis que Marlowe tente de démêler l’écheveau des intrigues avouées et inavouées, ainsi que des forces en présence, les cadavres s’accumulent et il tombe amoureux de Vivian, la fille aînée du Général. Lorsque celle-ci lui demande d’arrêter ses recherches en échange d’un chèque substantiel, le détective s’acharne à découvrir la vérité… 

Scénario : Jules Furthman, Leigh Brackett, William Faulkner.
Musique : Max Steiner.
Pays : Etats-Unis
Tags : Policier / Suspense, Film des années 1940, noir classique, Adapté de Raymond Chandler, Meilleures notes Sens Critique, avec une femme fatale / femme mystérieuse, SoFilm Summercamp 2017.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Il y a deux idées reçues sur Le Grand Sommeil de Howard Hawks : 1/ c’est un chef d’œuvre 2/ l’intrigue du film est incompréhensible. Bien qu’il faille se méfier comme de la peste des idées reçues, ces deux assertions sont tout à fait justifiées !
Le roman de Raymond Chandler, The Big Sleep/Le Grand Sommeil, publié en 1939, est le troisième de son auteur à être adapté au cinéma après Double Indemnity/Assurance sur la mort, réalisé par Billy Wilder, et Murder my Sweet : Adieu ma belle, par Edward Dmytryk. Chandler étant sous contrat à la Paramount, Hawks, qui fait partie de l’écurie Warner, se tourne, pour l’écriture du scénario, vers William Faulkner, avec lequel il vient de travailler sur To have and have not/Le port de l’angoisse. Il lui associe Leigh Brackett, une jeune femme de vingt-huit ans auteur de romans policiers. Faulkner et Brackett écrivent chacun de son côté, se répartissant un chapitre sur deux avec mission de simplifier l’intrigue policière et de mettre en avant l’histoire d’amour entre le détective Philip Marlowe et la fille aînée de son client, Vivian Sternwood, puisque les vedettes du film seront Humphrey Bogart et Lauren Bacall.
Le tournage commence le 10 octobre 1944, alors que le scénario n’est pas terminé : la fin pose problème et certaines zones d’ombres subsistent. D’ailleurs, on raconte qu’au cours du tournage, Bogart demanda à Hawks qui avait tué un des personnages, nommé Owen Taylor. Le réalisateur s’en enquérit auprès de ses scénaristes qui avouèrent tous deux qu’ils l’ignoraient. Un télégramme fut alors envoyé à Raymond Chandler qui répondit : «Je ne sais pas !». Même si on ne comprend pas tout, on s’en moque : les acteurs sont prodigieux, l’électricité entre Bogart et Bacall est palpable, l’ambiance est extraordinaire. 

Les réécritures constantes du scénario ne furent pas la seule cause du tournage long et difficile du Grand Sommeil. Le 28 novembre 1944, date à laquelle il devait s’achever, le réalisateur n’avait pas tourné la moitié des 195 scènes prévues. Le retard était dû à quelques maladies, deux chevilles cassées et aux problèmes personnels d’Humphrey Bogart. L’acteur le plus en vue d’Hollywood avait rencontré Lauren Bacall en 1943 sur le précédent film d’Howard Hawks, Le Port de l’angoisse (To have and have not). Il avait 44 ans et elle 19, il en était à son troisième mariage et, malgré leur liaison, était retourné auprès de sa femme à l’issue du tournage. Leur amour reprit sous les sunlights, mais Bogart n’épousa Bacall que le 21 mai 1945. Entre temps, le tournage s’était terminé tant bien que mal le 12 janvier, mais la Warner, forte du succès du Port de l’angoisse, et de sa «nouvelle sensation» Lauren Bacall, réclama des scènes supplémentaires entre Marlowe et Vivian, dans la chambre de cette dernière.
En octobre 1945, le film fut présenté aux GI’s Américains basés en Europe et de nouvelles scènes furent encore ajoutées en janvier 1946, notamment celle, pleine de sous-entendus sexuels, où les deux acteurs discutent de courses de chevaux. Le 8 février 1946, Le Grand Sommeil voyait le jour, amputé de vingt minutes d’explications (d’où un certain flottement dans l’intrigue) et augmentée de dix-huit minutes de faces à faces romantiques, explosifs, ou les deux à la fois.
A sa sortie à New York le 23 août de la même année, le film connut un succès immédiat. Le personnage du détective Philip Marlowe était déjà apparu à l’écran sous les traits de Dick Powell en 1944 dans Adieu ma belle d’Edward Dmytryk (Murder, my sweet), il fut ensuite incarné par Robert Montgomery qui signa aussi la mise en scène de La Dame du Lac (Lady in the lake, 1947), mais il n’apparaissait que dans les miroirs puisque le film était entièrement tourné en caméra subjective. Elliott Gould fut Marlowe dans Le Privé (The Long Goodbye) de Robert Altman en 1973 et Robert Mitchum l’incarna deux fois, dans deux remakes : Adieu ma jolie de Dick Richards en 1975 et Le Grand Sommeil de Michael Winner en 1978.

Sin City

En réalisant "Le Grand Sommeil", Howard Hawks nous démontre une nouvelle fois qu'il est sans doute le plus génial des touche-à-tout ayant sévi dans ce bas monde, du moins dans le monde du cinéma. Il adapte de manière remarquable le roman homonyme de Chandler qui est le prototype ...

Lire la suite
9
Kalopani

Je m'ferais beau gars

(Oui, j'ai un peu honte...) Après une gouleyante brochette de classiques du film noir, 'Le Grand sommeil' c'est quand même... La grosse, grosse classe. Ce n'est pas forcément que ce soit du lourd suspense final parce que le scénario vire un peu aux poupées russes mais (on ...

Lire la suite
9
drélium

Ce qu'on aime dans ce film, c'est d'abord (si on a du goût) son cinéaste. Puis, si on a plus de goût, ses acteurs, son histoire et toutes les choses goûteuses qu'il vous offre. Mais alors sur ce plan, on peut s'amuser à relever, sous forme de liste, quelques unes des plus ...

Lire la suite
9
Artobal
 
A voir également
Affiche du film Le port de l angoisse
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Les passagers de la nuit
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Rio Bravo

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film La double énigme

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film GET OUT

à partir de

4.99
 
Affiche du film AURORE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BRAQUAGE À L ANCIENNE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE PROCÈS DU SIÈCLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BOULE ET BILL 2

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RUE DES CASCADES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés